Brutal Doom - Tripes et satanisme, what else ?

Brutal Doom - Tripes et satanisme, what else ?Salut les affreux ! J’ai décidé de commencer fort l’année en vous présentant un jeu très bourrin et très sanguinolent… En fait, pas vraiment le jeu en lui même, mais plutôt une sorte de refonte du gameplay et du moteur d’une des licences de JV les plus connues au monde : Doom. Est-ce que j’ai encore besoin de présenter ce dernier ? Oui ? Bon, un petit paragraphe ou deux feront l’affaire…

Doom premier du nom, développé par le studio Id Software, est donc un papi du genre FPS sorti en 1993. Pour rappel, Id ont aussi participé au développement de Wolfenstein 3D, Quake et Duke Nukem 3D, d’autres séries qui ont révolutionné le genre a chaque sortie. L’histoire de Doom peut se résumer simplement : expérience scientifique foireuse avec des télé-porteurs qui s’ouvrent sur l’enfer, envoi des marines pour tout éradiquer, les démons envahissent la terre, ils se font péter la gueule, et voila pour le pitch de Doom I et II (le III étant pour ainsi dire un reboot). Pour ce qui est des itérations de la série, il faut donc noter une version upgradée de Doom I appelée Ultimate Doom, comportant un chapitre supplémentaire, ainsi qu’un add-on/compilation de map créées par des fans, intitulé Final Doom, et comportant deux séries de 4 chapitres bien hardcores supplémentaires.

Tout ceci sans parler, bien évidemment, des nombreux ports ayant existé, de la SNes jusqu’à une version XBox Live…

Brutal Doom - Tripes et satanisme, what else ? #2

Le jeu original fut plébiscité pour son gameplay nerveux, s’adaptant a tous les niveaux de gamers, d’un mode easy ressemblant a une ballade dans le parc jusqu’au niveau “ultra violence” portant bien son nom, et son grand frère, le mode “nightmare” balançant des vagues de respawn de monstres toutes les 30 secondes. L’ambiance y est gothique et malsaine a souhait, le niveau de gore élevé, et la musique, considérée comme la première vraie BO Métal du monde du JV (si si même en MIDI), ont contribué a faire que Doom fut énormément détesté par les association de parents et les comités de censure partout dans le monde.

La communauté de Doom elle, n’a jamais cessé de fonctionner et de produire, en tous cas. Bon nombre de portages pour machines récentes existent, ainsi qu’une foultitude de maps custom et modes de jeu. L’un d’entre eux a provoqué un engouement considérable, modifiant intégralement le moteur physique du jeu (lumières dynamiques, recul des armes et des explosions… ) ajoutant de nombreuses idées de gameplay issus de jeux plus récents (tir secondaire, IA des ennemis plus évoluée, interaction plus poussée avec l’environnement, …) rendant le jeu beaucoup plus pêchu et violent qu’il ne l’était déjà a la base. L’une des idées intéressante derrière Brutal Doom est de rendre le jeu plus attrayant pour les jeunes générations qui ne l’ont jamais connu en modernisant son style.

Et ça marche ! Les sensations de jeu se rapprochent d’un jeu indie récent, tandis que l’esprit du produit original est respecté. J’admets que le très haut niveau de gore n’est pas forcément du meilleur goût mais, hé ? C’est ce qu’on demande quand on joue a Doom après tout : du métal, de la violence gratuite et des guns.

Après, le petit écueil à cela est probablement l’installation qui, très simple pourtant, rebute surtout les plus feignants. Grosso-modo, il faut récupérer un port de Doom – ZDoom est sympa, mais je lui préfère une évolution multiplayer de celui-ci, Zandronum, beaucoup plus stable autant en solo qu’en multi- puis glisser dans le dossier de celui-ci le fichier .WAD correspondant à la version du jeu que vous voulez utiliser. Ça se procure pour pas cher ou pour… encore moins cher en cherchant bien ! Pour finir, il faut télécharger la version la plus récente du mod, et l’ouvrir avec l’exe du port que vous utiliser (sur Windows, ça se résume a faire glisser le fichier du mod sur l’icône de l’application). Et en plus, je mets tous les liens à la fin du billet, citi pas beau ça ?

Et si vous vous posez des questions sur la légalité du truc, sachez que le code source de Doom, a l’instar de celui de Duke Nukem 3D, est en open source depuis quelques années maintenant.

Furfur.

  • Brutal Doom - Tripes et satanisme, what else ? #3