Le roman communautaire - Les 7 éclipses


les-7-eclipses-roman-communautaire

Les 7 éclipses est un roman communautaire écrit par ceux qui souhaitent faire vivre cette histoire…

3 règles :
– Minimum 300 mots
– Relisez-vous avant de publier
– Faites nous rêver…

  • Introduction

Le vieux compteur

Chaque soir près du marché Saint-Martin, les badauds se bousculent pour admirer les saltimbanques. Odeurs de fruits et légumes, viandes le tout mêler à la saleté notoire du quartier où déjections et animaux morts délivrent cette ambiance si particulière.

Non loin du marchand de poisson, qui malgré ses dires ne propose pas de poisson frais, un attroupement d’enfants s’agglutinant près d’une estrade commence à empiéter sur les emplacements des différents artisans.

Plusieurs adultes également intrigués, se dirigent donc vers cette foule, et la foule à attirant la foule, la petite estrade où siégeait un vieil homme seul fût rapidement submergée par la quasi-totalité des habitants du quartier.

Sur cette estrade, le vieil homme était assis devant ce qui semblait être un petit théâtre de marionnettes. Entouré de ses petits personnages, la pipe à la main, il semblait attendre en regardant la foule.

Tranquillement, il se leva et vida sa pipe contre le bord de l’estrade. Il croisa les mains dans son dos et ferma les yeux. Sans dire mot, la populace se rendit soudainement compte que le vieillard attendait, que part une quelconque aura il aurait clamé le silence… Un silence qui se fit rapidement sur fond de chuchotement et qui finalement ne laissa place qu’au brouhaha lointain de la ville.

-Gentes dames et damoiseaux, enfants de tous âges, me voici devant vous afin de vous compter la vérité. Dit le vieil homme de sa puissante voix
-Une vérité que l’on vous a caché, une vérité que l’on ne peut imaginer, une vérité… faite de trahisons, de morts mis aussi d’aventures, d’amour et de richesses. Une vérité qui a été effacée de tous les livres d’histoire car elle fût trop honteuse… ou bien trop audacieuse aux yeux du petit peuple que nous sommes. Cette vérité, je vous la narre ce soir malgré les risques que j’encours. Car oui mes bons amis, je risque la guillotine pour oser vous exposer ainsi à la vérité… Alors… Ceux qui auraient peur un jour d’être également exposés peuvent dés à présent partir.

Les visages des enfants rouges d’excitation ne s’inquiétèrent pas plus que ça, quelques badauds se regardèrent, mais le discours du vieil homme intrigua plus qu’il n’effraya, ce qui était bien l’effet escompté.

Après un court instant de silence, celui-ci reprit :

-Braves gens que vous êtes… Ou peut-être bien des fous ? Rumina le vieil homme dans sa barbe.
– Nous connaissons tous notre bon roi Louis XIV et ses mousquetaires. Les enfants idolâtres ces héros et pourtant… Il est une vérité qui ne fait pas plaisir à entendre,  vos héros sont des imposteurs…

Sous ces mots, la foule commença à huer le vieil homme, qui se tut. Après quelques instants, adultes et enfants prirent sur eux afin d’écouter les fabulations de ce vieux fou.

-Comme je le disais, je ne suis pas ici pour vous faire plaisir mais pour raconter l’histoire vraie. L’histoire de ceux qui ont mis leurs vies en péril pour leurs convictions, de ceux que l’on a empêché d’aimer, de ceux que l’on a emprisonnés pour leurs pensées. Sept hommes et femmes, sept personnes ont été maudites au nom du roi. Sept héros ont vu leur noms être effacés de tous les livres et registres du pays. Sept fois ils humilièrent, mentirent ou trompèrent. Sept… Ils furent sept éclipses à avoir dissimulé notre soleil pour mieux admirer les étoiles. Laissez-moi vous compter ce soir, l’histoire des sept éclipses du roi.

La foule intriguée se rapprocha encore plus du petit théâtre de marionnettes. Le compteur, fouilla dans l’une de ses poches et en tira un mouchoir en tissu qui dû être blanc il y a bien longtemps.

-Voyez-vous mes amis, pour l’une de nos éclipses tout commença par ce simple mouchoir. Car oui, il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir donné à un simple objet comme celui-ci. Blanc il sert à capituler, jaune à naviguer et pour notre première éclipse, c’était plutôt un jeu de séduction…