Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil

Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil

Si quand vous pensez vampires, vous avez immédiatement l’image de Edward Cullen en train de briller au soleil, alors Tf1 va peut être vous sauver la vie !

La diffusion de la série américaine The Vampire Diaries est en effet prévue pour bientôt. Oubliez Edward, Bella et leur ami le loup garou Jacob , intéressez vous plutôt aux frères Salvatore.

Bon d’accord, la trame de l’histoire reste pratiquement la même. Elena Gilbert est une jeune lycéenne qui a perdu ses parents dans un accident de la route. Mais malgré son chagrin, elle rencontre un mystérieux étudiant, Stefan Salvatore (le brun ténébreux… tous les goûts sont dans la nature !) et son frère Damon (le frere sexy).

Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil #2

Elle ne va pas tarder à comprendre que ces deux derniers sont des vampires et que l’intérêt qu’ils lui portent n’est peut être pas aussi romantique qu’elle le pensait.

Oui, j’entends d’ici : encore une histoire d’une pauvre fille perdue, mais néanmoins assez mignonne qui rencontre par hasard sur le seul vampire du coin et forcément, ils tombent amoureux etc… Ben, il faut reconnaitre que oui, c’est totalement ça : cette série accumule tous les clichés du genre (comme la scène du cimetière, parce qu’on est dans un film de vampire, il faut une scène dans un cimetière, voyons…). Mais, malgré tout, j’ai continué à regarder la série (pour tout vous dire, j’attends la saison 3).

Même s’il s’agit d’une version classique d’histoire de vampire pour ado, il faut reconnaitre qu’elle est assez bien rythmée, ce qui fait que même une série de ce genre réussit à nous tenir en haleine (je ne dis pas non plus qu’elle passera à la postérité, il ne faut pas exagérer quand même).

Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil #3

Et puis, il y a ce je ne sais quoi qui prête à sourire, qui montre que les réalisateurs et l’écrivain n’ont pas d’esprit critique ou alors ils ne se prennent pas au sérieux.

Bon, que l’héroïne raconte tout dans son journal intime ( jusque là pas trop de problème ! juste un cliché de plus ) mais que Stefan Salvatore, le vampire de plus d’un siècle, le héros de l’histoire, raconte aussi sa vie dans un petit cahier imitation cuir (oui oui le titre vient de là , il n’a pas été choisi au hasard).

Moi personnellement un vampire qui écrit son journal intime, ça me perturbe pas mal, me casse mon image du vampire ténébreux et me fait rire. Et puis si du haut de ses 162 ans de vie, il écrivait avec sagesse… mais non, il écrit comme un adolescent de 17 ans, ce qu’il était techniquement il y a un siècle.

Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil #4

Enfin les vampires sont allergiques à la verveine : en gros, pour être immunisé hop, une bonne infusion tous les soirs avant de dormir, c’est pourquoi les grands-mères ne se font jamais attaquer par les vampires, c’est bien connu…

Cependant, les deux nouveautés face à Twilight c’est que cette série allie vampire et magie (la bague qui permet à certains vampires de marcher au grand jour et oui forcément le beau prince charmant en a une) mais aussi qu’elle est plus osée.

Même si on ne parle pas clairement de sexe et d’alcool, ces thèmes ne sont pas non plus évincés. Ce qui fait de cette série un intermédiaire idéal pour les amateurs du genre « histoire d’amour vampirique » qui n’ont pas encore l’âge de regarder True Blood.

Vampire Diaries, des vampires qui ne brillent pas au soleil #5

Enfin, les acteurs ne sont pas les meilleurs, mais il faut reconnaitre qu’ils ne sont pas trop mauvais non plus surtout pour une serie pour adolescents. (De toute façon ça ne pourra jamais être pire que Kristen Stewart et Robert Pattinson). Quant à l’actrice principale (Nina Dobrev), elle est même assez mignonne à regarder.

A noter : l’apparition de David Anders pour les fans (Mr Sark dans Alias).

Bref, The Vampire Diaries est un bon divertissement qui permet de ne pas trop réfléchir mais qui ne rentrera pas dans les livres d’histoire.

Erdjka