Moi aussi je peux créer un scénario shônen

Moi aussi je peux créer un scénario shônen

Article écrit par Kameyoko de Fant-Asie

Je suis un gros consommateur de shônen et en particulier les shônens où ça se frite à main nue ou avec des armes.

Parmi les principaux shônens bien commerciaux (donc pas forcément synonymes de qualité) on retrouve les Dragon Ball Z, Naruto, Bleach, One Piece, Hunter X Hunter, Fairy Tail, Soul Eater ….

Mais force est de constater que ces titres suivent très souvent des mêmes principes narratifs avec des poncifs récurrents. On retrouve donc de nombreux points communs entre tous ces mangas. Et encore, je ne vous parle que des plus connus, mais c’est aussi vrai pour des mangas moins exposés.

C’est à partir de ce constat que je me suis dit : « Tiens, si je faisais un scénario shônen bien commercial ! Ça ne devrait pas être très dur. J’ai juste à moi aussi, utiliser ces codes du genre».

  • Le héros, et le cadre de l’histoire

Pour débuter un scénario, il nous faut impérativement un héros et une trame globale. C’est-à-dire il est nécessaire de trouver une ambiance, un style (samourai, pirates, ninjas, combats de rue …), un début d’intrigue (devenir hokage, trouver un trésor, ou devenir simplement le meilleur) et une capacité à part pour le héros.

Pour l’ambiance, on va oublier tout ce qui est samurai, shinigami et tout ; c’est déjà surreprésenté. Les pirates ? One Piece est trop culte. La magie ? déjà vu et revu. Des supers combattants, là aussi il y a embouteillage. Tout comme la fantasy, les sports et un monde imaginaire sans références.

Allez, il nous reste un western ou un truc de viking.
Je pars sur un truc de viking, il y a du potentiel, avec leur soif de combat, leurs Dieux et leurs armes.

Mon personnage principal sera donc un viking, dans un monde de vikings.

Pour sa quête principale, il faut qu’elle soit ambitieuse, avec un petit peu de pathos mais simple à comprendre.

On va dire que notre héros a vu sa mère et sa sœur massacrée par le bras droit du roi des Vikings, un sanguinaire qui maltraite son peuple. Son objectif est donc de les tuer et de restaurer la paix.
C’est parfait, c’est ambitieux, sur fond de tragédie et on voit bien le côté grand cœur et téméraire du héros.

Moi aussi je peux créer un scénario shônen #2

Maintenant, il faut lui trouver quelque chose qui le rend spécial aux yeux du lecteur, quelque chose qui fera qu’il peut être en mesure d’atteindre son but.

Je propose qu’il possède un anneau donné par son père (dont, évidemment, on ne sait rien), forgé par Tyr, Dieu de la Guerre, lui donnant une force incommensurable et un talent de guerrier. Il faut aussi lui trouver une capacité singulière. En rapport avec l’histoire de Tyr, on va dire que son bras peut prendre n’importe quelle forme, aspect, taille.

C’est parfait ainsi. Il y a des références à la mythologie Nordique et à la légende de l’anneau des Niebelungens.

Au niveau du caractère du héros. Forcément, il doit être grande gueule, irréfléchi, courageux, persévérant, sans aucun sens des responsabilités, mais terriblement attachant, droit, juste et fidèle. Et bien évidemment, il a un énorme potentiel, tout le monde le sait sauf lui. Et petit à petit, il va apprendre à s’en servir et le maîtriser. D’ailleurs, ça pourrait être une bonne idée d’inventer quelque chose qui représente sa force et son aura combattive. Une sorte de chakra, nen, reatsu… En fonction de cela, on peut dire que ça influence sur la solidité des métamorphoses de son arme (comme les Green Lanterns et leur volonté)

Il faut aussi lui donner un aspect comique, une tare qui fera rire le lecteur. Les côtés goinfre, stupide, vicelard sont déjà trop utilisés. Difficile de trouver quelque chose de nouveau. On admettra qu’il est super poissard. Ça peut-être fun.

Après, il faut s’intéresser au look du personnage. Il aura de manière certaine, une coupe improbable qui rebique dans tous les sens. Comme tout héros qui se respecte, il doit avoir une dominante rouge. Ça tunique sera donc rouge.
En couvre-chef, il ne portera pas de casque mais une espèce de couronne, sorte de gros anneau (ça y est, vous voyez le rapport).

Pour lui donner du style, sa tunique ne recouvrira pas la totalité de son torse. Le bras portant l’anneau, l’épaule et le pectoral seront découverts et à nus.

Il aura aussi une cicatrice quelque part, acquise lors du massacre de ses proches.

  • Ennemis, amis et personnages gravitant autour

Plus tard, on apprendra que son père, qu’il n’a pas connu, est en fait le roi déchu. L’ennemi du héros a donc pris la place du vrai roi (donc son père) par la force.

Pour cela, il faudrait imaginer que le méchant roi possède une unité d’élite composé de puissants guerriers charismatiques et dirigés par son bras droit. On appellera cette unité les « Ragnarok » !

Plus tard, on pourra aussi apprendre qu’il a un frère et qui le retrouvera plus tard. On peut soit imaginer que ce frère mène sa vendetta de son coté et donc rejoindra son frère. Soit, il a rejoint les Ragnaroks. Ce qui peut être pas mal et offrir une scène de confrontation avec des larmes, des beaux discours et des flashbacks.

Mais dans tout shônen, le héros doit être accompagné d’un groupe hétéroclite.

Il lui faut un meilleur ami qu’il connait depuis sa plus tendre enfance. Ce dernier sera plus posé, plus réfléchis et un peu plus peureux. Pour plaire à un lectorat féminin, il sera très androgyne et son rapport avec le héros sera tendancieux.

Je vois bien en lui un guerrier émérite maniant par exemple la lance. Il s’est entrainé avec le héros et est donc très fort, mais moins que le héros.

En cours de route, je les vois bien rencontrer une fille. Genre une voleuse, menteuse mais très débrouillarde. A terme elle deviendra la petite amie du héros, mais au début ils ne s’entendront pas et passeront leur temps à se disputer. Elle je la vois bien manier deux poignards.

Après, ils rencontreront d’autres amis, idéalement deux autres. Un que je verrais bien manier l’arc et l’autre, une sorte de druide qui s’y connait en artefact magique.

Ou alors, très rapidement, il se dispute avec son meilleur ami qui part rejoindre l’ennemi et deviendra un adversaire récurrent.

J’hésite.

  • Ca y est, c’est en place

Voilà, là j’ai les éléments constitutifs de mon synopsis et de mon scénario. J’ai tout ce qu’il faut pour faire un carton. Un shônen bien commercial !

Pour vous faire saliver voici un synopsis :
« Nils, un jeune viking a vu sa mère et sa sœur mourir sous ses yeux, de la main de Thorjsen, bras armé du cruel roi Svengard.

Depuis ce jour, il a juré de se venger et de mettre fin au règne de terreur de Svengard.
Le seul présent qu’il lui reste de son père, qu’il n’a pas connu, est un anneau forgé par le Dieu Tyr. Une fois mis à son doigt, il lui confère la force du Dieu et sa science du combat. Pour cela, l’anneau prend possession du bras et lui donne la capacité de prendre la forme voulu par le jeune viking.

Un long voyage sur le chemin de la vengeance attend Nils. Mais il ne fera pas ce périple seul. Son ami Solveig l’accompagne. Ensemble ils vont parcourir les terres nordiques à la recherche de Thorjsen et Svengard.

Ils devront combattre les redoutables Ragnarok. »

Qu’en pensez-vous, je tiens là un truc, non ? Vous l’achèteriez ?

PS : Pour ceux qui n’auraient pas saisi l’essence de cet article, je ne suis pas sérieux dans l’élaboration de ce scénario. En tant que lecteur assidu de manga, je m’amuse, ici, de ce qui m’énerve profondément dans les shônens. A savoir que très souvent, les mêmes procédés, les mêmes mécanismes, la même construction d’intrigue sont utilisés. On a parfois l’impression de lire la même chose avec juste des éléments qui changent.

C’est ce coté répétitif et parfois facile que je mets en exergue. Je m’amuse avec !

Heureusement, sur une base, à peu près similaire, les mangakas ont le talent de s’émanciper de ses codes et de proposer un scénario souvent divertissant et avec son atmosphère propre.
Un scénario ne se contente pas que d’une idée originale. Ce qui fait la force d’une œuvre c’est son traitement et pas le speech de base. Sans une capacité à gérer un rythme, développer ses personnages et un background, maitriser les retournements de situation, une excellente idée de base ne marchera pas. Alors qu’au contraire, une idée de base classique, sans génie mais bien traitée par la suite peut cartonner.

PS2 : Loin de moi l’idée de rabrouer le shônen qui reste mon genre fétiche en manga (même si les seinens me plaisent souvent plus). Je suis un consommateur assidu de ce genre et j’adore ça. Ce qui ne m’empêche pas d’être critique parfois.

Jayer est le créateur de AMHA.fr
Souvent considéré (à mal) comme un adulescent , c'est tout simplement un homme qui vit au rythme de ses passions : BD, Dessins animés, Fantasy, jeux et du gros délire.
Moi aussi je peux créer un scénario shônen #4