Megaman 1 et 2 – GameBoy / 1991

megaman 2 nintendo gameboy

Nous allons nous intéresser cette fois non pas à un, mais à deux jeux. Et quels jeux ! Puisqu’il s’agit de l’une des figures les plus connus des périodes 8-16bits : Megaman !

Megaman. Vous connaissez forcément, même si vous n’y avez jamais joué. On ne compte plus les rééditions, spin-off et caméos du robot bleu azuréen. Star des plateformers et souvent responsable de souvenirs douloureux de notre enfance, la série de Capcom pointait vers le haut son curseur d’exigences dans le die-and-retry.

Mais Megaman c’est quoi ?

La série prend place en 20XX (c’est-à-dire très bientôt) et met en scène un robot, Megaman, qui lutte contre le Dr Wily, un savant fou qui tente d’envahir et de dominer le monde avec des armées de super-robots appelés Robot Masters.

À l’origine, le Dr Wily était l’assistant du professeur Light, avec qui il développa huit robots ouvriers, dont Rock et Roll (tu la sens l’allusion pas voilée du tout ?). Mais Wily avait d’autres projets en tête, et reprogramma les robots afin d’accomplir son plan de conquête et de destruction. Rock, ayant résisté à la reprogrammation, aux côtés de sa sœur, et ayant un sens aigu de la justice, se porta volontaire pour être transformé en robot de combat afin de stopper Wily. Il devint alors Megaman, reconnaissable à son armure bleue et à son Mega Buster (Rock Buster), canon plasma attaché à son bras.

megaman 1 gameplay sur gameboy

Loin d’être idiot, le scénario ne se distingue toutefois pas par son originalité et surf sur un futur dystopique. Idée surexploitée par les univers de SF.
Le réel intérêt de la série tient dans la capacité qu’à Megaman à s’approprier l’arme de chaque robot master qu’il vainc. L’acquisition de cet arsenal lui permet de faciliter sa progression et d’anéantir plus facilement les autres robots. Détail qui a son importance : chaque robot est en général sensible à une arme bien précise.
Votre mission, si vous l’acceptez, est de trouver le bon ordre des antagonistes à mater. Si les niveaux sont courts, généralement 5 minutes suffisent pour en voir le bout, il vous faudra les recommencer de nombreuses fois avant de trouver la combinaison gagnante. Chez Capcom, la réussite se cultivait par l’apprentissage.
Apprentissage et patience, car au-delà des combinaisons boss/armes qu’il vous faudra trouver, les niveaux enchaînent les obstacles : ennemis, pics, fosse, lave…Votre réussite passera par votre capacité à apprendre par cœur le patern de chaque niveau…Et croyez-moi : c’est punitif !

Die hard

Si vous regardez des walkthrought du premier Megaman sur Youtube, vous verrez que moins de 40 minutes suffisent pour réaliser votre run.

Vous me dites : 40 minutes, c’est court !
Je vous réponds : LOL !

Les boss de megaman 1

Croyez-moi, jouer à Megaman est tout sauf une partie de plaisir. Tout est mis en œuvre pour vous nuire et le level design fourmille d’idées pour vous rendre la vie impossible : vides meurtriers, lave, piques, champs électriques…Sans compter les ennemis qui respawn à l’infini ! Le facteur chance est souvent indispensable pour arriver à la fin de certains niveaux. Et que dire des boss ! S’ils disposent d’un patern, beaucoup s’avèrent être imprévisibles, ou plutôt impossible à esquiver. Il faudra s’agiter et compter sur sa bonne fortune pour les passer.
En ce qui me concerne, j’ai pu en voir le bout après une dizaine d’heures de jeu, et beaucoup de self-contrôle.
Heureusement, les choses s’arrangent par la suite…

Pimp my Megaman

Deux fois plus long (9 mondes contre 5) la difficulté du second opus sorti la même année a été revue à la baisse. Ouf ! Pour les non-initiés, il s’agit d’un mix entre le deuxième et le troisième épisode sortis sur la NES. Moins d’un an après la sortie du premier épisode, Megaman 2 sur Gameboy offre déjà un gap à ses joueurs. Techniquement plus abouti, mais aussi plus riche. Désormais, il vous est possible d’effectuer des glissades. Pratique ! Mais vous avez aussi l’opportunité de faire appel à Rush, votre fidèle canidé mécanique qui vous sera d’un grand renfort pour passer bon nombres d’obstacles.
Sont aussi présents des réservoirs qui vous rendront la totalité de votre vie. Bien pratique contre le boss final.
Alors, facile ? Hé bien pas tant que çà, même si j’avoue avoir diviser par 5 mon temps de jeu sur Megaman 2 par rapport premier épisode.

Megaman 2 gameplay sur gameboy

Une franchise intemporelle 

Le succès des Megaman s’est vérifié à l’aide d’une recette aussi simple qu’efficace : un plateformer 2D où l’on évolue en schrolling horizontal à l’aide de 2 boutons : sauter et tirer. Cette grammaire lui permet de faire partie des incontournables avec lesquels on rejoue sans déplaisir, à condition d’aimer les challenges salés.
Intemporelle oui, mais pas indémodable. Jouabilité lourde, BGM passables voire inappropriées et mécaniques datées ne facilitent pas la tâche à qui aimerait participer aux premières escapades dans l’univers du petit robot, surtout pour les plus jeunes qui sont habitués aux métroidvania fluides et nerveux.

Conclusion

Vieillissant, le concept reste une valeur sûre du jeu vidéo 35 ans après sa naissance (si on se base sur la sortie du premier épisode NES en 1987) ! Megaman se consomme comme un bonbon pour se distraire entre 2 parties d’open world. Des softs exigeants qui nous rappellent que les jeux vidéos n’étaient pas toujours un long fleuve tranquille pour les enfants que nous étions.

 

Ma note :
12/20

Laisse ton humble avis

*