La science pour les n00bz #1 : le SIDA

Je vais entamer une série d’articles afin d’expliquer quelques phénomènes qui touchent de près ou de loin le domaine scientifique, car on entend parler de beaucoup de théories avec pleins de mots compliqués sans vraiment savoir ce que c’est. Ma mission sera donc d’essayer de vous expliquer tout cela le plus simplement possible. Bien entendu si vous ne comprenez pas quelque chose n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

Représentation du virus HIV

Représentation du virus HIV

La 7 octobre 2008, le prix Nobel de médecine a, entre autre, été décerné à deux chercheurs français : Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, pour leur découverte du VIH en 1983, permettant de mettre une image sur l’origine d’une série de symptômes dont souffrait un nombre croissant de personnes à la fin des années 70 et pour lesquels il n’y avait pas de véritables explications.

C’est pour cela que ce premier billet scientifique sera consacré à cette maladie. Je me contenterais uniquement de vous expliquer comment le virus se transmet et infecte le corps humain à l’échelle cellulaire. Je ne ferais pas spécialement de prévention sur cette page car, à mon humble avis, la majorité des lecteurs savent déjà que lorsqu’on emmène popol au cirque il faut lui mettre un manteau pour pas qu’il attrape froid et la majorité des lectrices savent que quand il pleut, il faut prendre un imperméable. En gros, pour une partie de jambes en l’air sans danger, l’utilisation du préservatif est recommandé. Pour toutes autres questions comme : « Est-ce que le VIH peut se transmettre lors d’une fellation? » « Et en partageant un sandwich avec quelqu’un de séropositif?« , je mettrai une liste de liens à la fin de l’article qui répondront à toutes ces questions. Vous pouvez aussi lire le comics La vie… à quelle prix (Ed Vertigo) de Neil Gaiman où dans le dernier chapitre Death des Éternels et John Constantine font un petit cours de prévention.

Tout d’abord il faut rompre avec les idées reçues et faire un peu de vocabulaire, car il y a souvent une confusion entre VIH et SIDA. Le VIH, Virus de l’Immunodéficience Humaine, est en réalité un rétrovirus qui va grosso-modo détruire le système immunitaire humain le rendant alors vulnérable, au bout d’un temps très variable, à tous types d’infections pulmonaires, cancers… Dans ce cas-là, on les appelle maladies opportunistes. Ce n’est qu’une fois qu’une personne développe ces maladies qu’on peut dire qu’elle est atteinte du SIDA , Syndrôme d’ImmunoDéficience Acquise. On peut donc vivre avec le VIH sans avoir le SIDA. Une personne est déclarée séropositif à partir du moment où la présence du VIH dans son organisme a été décelée. Mais comment se transmet-il?

A l’échelle humaine, on peut distinguer trois voies de transmission. Lors de rapport sexuel non protégé, par le sang dans le cas de transfusion ou d’échange de seringue chez les camés, et enfin de la mère à l’enfant, dans ce cas le risque d’infection le plus élevé est lors de l’accouchement (il peut être diminué lors d’une césarienne). C’est bien joli tout ça, mais dans mon corps à moi ça se passe comment? Ça veut dire quoi lymphocyte T4, rétrovirus, ARN…?

Les virus sont des entités biologiques qui, une fois introduites dans le corps humain, vont parasiter des cellules saines pour en modifier leurs fonctions, et permettre ainsi leur reproduction. La cellule infectée sera alors nocive pour le corps humain est devra être détruite. Cependant ils ne peuvent pas  parasiter n’importe quelles cellules. Le problème du VIH c’est qu’il touche directement le système immunitaire. Grossièrement, en cas d’agression, notre corps va produire massivement des globules blancs (ensemble sde cellules spécialisés dans la destruction des intrus) pour l’endiguer. Le problème est que le VIH va parasiter, entre autres, certains de ces globules blancs et surtout les lymphocytes T4 qui agissent comme coordinateur de la réponse immunitaire. Après, c’est comme à la guerre, si personne n’est là pour coordonner les efforts, chacun va dans son coin, fait n’importe quoi et c’est la défaite. Le résultat est le développement du SIDA à plus ou moins long terme suivant les gens. D’un point de vue cellulaire, on peut décrire l’infection en quatre étapes.

1ère étape : la fixation

Chaque cellule possède, sur l’enveloppe qui l’entoure, des protéines ayant une forme géométrique singulière. Tandis que chaque virus a, à sa surface, des récepteurs qui eux aussi ont une forme caractéristique. Quand les récepteurs du VIH rencontrent une cellule dont la forme des protéines leur est complémentaire, ils s’assemblent. C’est ce qu’on appelle la fixation.

Un peu comme une escouade d’effroyables ninjas qui chercherait le meilleur moyen de pénétrer une forteresse.

2ème étape : la pénétration

Par une cascade de réactions chimiques complexes, et encore très mal connues par la communauté scientifique, la membrane du virus et celle de la cellule saine vont fusionner. Le virus va alors relarguer différentes entités biologiques(enzymes, brin d’ADN ou ARN, …) infectant la cellule.

Une fois la faille trouvée, les ninjas pénètrent discrètement dans le cœur de la forteresse.

Il existe globalement deux types de virus. Ceux contenant un brin d’ADN (les virus) et ceux contenant un brin d’ARN (les rétrovirus) comme le VIH. Ce qui, dans notre cas, va amener directement à la troisième étape. Dans toute cellule, l’ADN (Acide DésoxiriboNucléique) est présent. C’est le gardien du patrimoine génétique, il va aussi permettre de donner une fonction précise à chacune d’elle.

3ème étape : L’intégration

Le brin d’ARN (Acide RiboNucléique) viral va être transcrit (traduit) par les enzymes virales, également introduites dans la cellule saine lors de la 2ème étape, en ADN viral. Ce dernier va alors se combiner avec l’ADN de la cellule, annulant ainsi sa fonction première qui était de coordonner la réponse immunitaire.

Les ninjas prennent alors les généraux en otages dans le centre de commande.

4ème étape : La propagation

Comme on vient de le voir précédemment, le rôle initial de la cellule a été annulé. Elle est désormais configurée pour fabriquer de nouveau brins d’ARN viraux ainsi que toutes les entités biologiques nécessaires à l’assemblage de nouveaux virus qui seront alors relargués dans le corps humain avec pour but d’infecter d’autres cellules. Une lutte sans merci s’engage alors entre cellules saines et celles infectées, où le corps est obligé de perdre, entraînant ainsi l’apparition du SIDA. Cela peut prendre des années avant que le système immunitaire soit complètement HS, ce qui explique que certaines personnes soient atteintes du VIH sans éprouver les symptômes du SIDA, ce qui joua également un rôle important dans sa propagation à l’échelle planétaire.

Les ninjas obligent alors les généraux à envoyer leur hommes prendre d’assaut les autres forteresses selon le même procédé.

Voilà j’espère que ça vous aura un peu éclairé, et comme promis voici quelques liens ci-dessous pour toutes les questions de prévention.

Dr AW

Il y a 7 Commentaires.

  1. Un chouilla technique mais complet 😀

  2. baaberith
    23:44 28 octobre 2008

    Petites critiques et remarques.

    A propos du Nobel:
    Il couronne la réussite dans la découverte et l’objectivation du virus. Ce que je veux dire c’est que la maladie était connue, mais pas le virus. D’ailleurs l’épidémie à été remarqué pour la première fois par une équipe de médecins épidémiologistes sur la côte Ouest des USA. Ils ont remarqués une recrue d’essence d’infection pulmonaire (et autre)dans la communauté gay jusqu’alors très rare.

    De plus la « découverte » de l’élément responsable de la maladie, le retrovirus, à été aussi en grande partie réalisé avec le professeur Chairman qui à été complètement éclipsé (Hé oui il y a de la politique absolument partout :/ )

    A propos des LtCD4:
    En plus d’être des coordinateurs, ce sont des entraineurs, des caoch, de ravitailleurs, et des répartiteurs.
    Effectivement sans eux c’est perdu.

    Pour le deuxième étapes:
    Erreurs!!!!!!
    Le mécanisme est assez bien connue, et pour les deux types de VIH. C’est d’ailleurs comme cela qu’on les différencie, car ils n’utilisent pas exactement les mêmes protéines pour rentrer. Ce qui à pour conséquence de laisser des « marques » un peu différentes sur la surface des cellules infectées.
    Pour être technique, au moment de rentrer dans la cellule, la protéine de fixation se scinde en deux, ce qui permet de rentrer.
    Hors en bloquant ce système on empêche le retro virus de rentrer et c’est une des solution utilisé en trithérapie!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Pour la 4eme étape:
    Un peu simple comme explication mais assez claire, pas mieux.

  3. baaberith
    23:47 28 octobre 2008

    *Ce n’est pas la communauté gay qui était très rare mais les maladies qui les touchaient de manière spécifique*

  4. merci pour ces précisions

  5. AW
    11:45 29 octobre 2008

    C’est marrant je m’attendais à un commentaire de ta part baaberith 😉

    Toujours est-il qu’il faut bien comprendre que cet article est de la « vulgarisation » scientifique. Le but n’est pas d’entrée dans les détails mais juste de donner un aperçu. Mais je persiste sur le fait que le mécanisme de pénétration cellulaire est très mal connus, il existe très peu de documents fiable la-dessus. La seule image de cristallographie (photo d’une cellule) que j’ai vu est dans un numéro de « nature » de 2006 ou 2007. Donc même s’il est vrai que le principe général est connu car c’est globalement le même pour chaque type de virus, on ne connait pas encore parfaitement tout les changements conformationels des protéines mises en jeu lors de cette étape. C’est pour cela que cette étape est une cible thérapeutique très intéressante, et qu’il existe déjà un médicament qui « essaye » de la bloquer, utilisé dans les trithérapie. Mais je le répète, le but de cette article est juste de faire comprendre le concept d’une attaque virale.

  6. baaberith
    23:09 31 octobre 2008

    je persiste moi aussi en disant que le mécanisme d’entré et que les molécules mises en jeu sont très bien connue.

    Pour argumenté plus précisément j’ai due aller rechercher mes courts (pfff je te jure 😉

    La fixation du virus se fait entre une protéine de surface du virus gp120 avec la molécule cd4 de la cellule immunitaire et avec un co-recepteur CCR5 [alors la molécule CXCR4 serait le co-recepteur nécessaire à l’infection des lymphocyte T par les souches T-tropique de VIH]

    Cette interaction dissocie la protéine gp120 et gp41. gp41 va s’intégrer dans la membrane cellulaire et permets la fusion entre la membrane cellulaire et l’enveloppe virale. La nucléocapside peut être alors libérée dans le cytoplasme

  7. baaberith
    23:14 31 octobre 2008

    Mais sinon sur l’ensemble de l’article et son but ainsi que la forme je n’ai rien à dire de particulier.

Laisse ton humble avis

*