• Home »
  • Cinéma »
  • Don Jon : Le porno expliqué à ma copine - enfin une comédie romantique pour les hommes

Don Jon : Le porno expliqué à ma copine - enfin une comédie romantique pour les hommes

Don Jon : Le porno expliqué à ma copine - enfin une comédie romantique pour les hommes

Don Jon est un film écrit et réalisé par Joseph Gordon-Levitt qui je vous l’avoue… je n’attendais pas grand chose… Et pourtant celui-ci s’avère être un film rafraichissant qui tente de réinventer le genre “comédie romantique” puisqu’il cible les hommes et prend parti d’être plus réaliste, moderne, et relativement cru dans sa façon de traiter les relations hommes-femmes.

Pour résumer l’histoire en quelques mots : Jon est un jeune homme intelligent, beau gosse, sûr de lui et qui a du succès avec les femmes. Malgré sa facilité à avoir plusieurs conquêtes, c’est également un grand consommateur de porno…

Tout au long du film Don Jon, le personnage principal et narrateur dédramatise la consommation porno. Illustrations à l’appui il tente de nous expliquer par A+B que c’est naturel, qu’il ne trompe personne et que finalement c’est une sorte d’évasion de l’esprit.

  • Comédie romantique sur fond de débat

Derrière la petite vie carrée de Don Jon se trouve plusieurs repères importants : ces potes, son club de sport, sa famille (dont le père est joué par Tony Danza), l’église et plus tard sa copine. Car après avoir eu une multitude de conquêtes c’est lorsque celui-ci tombe “amoureux” d’une magnifique blonde (interprétée par Scarlett Johansson) que son train train quotidien va être perturbé. En effet, celle-ci déteste le porno et ne comprend pas qu’un homme a besoin de se masturber alors qu’il a une copine…

De ce fait notre jeune Don Juan de Jon (si vous n’aviez pas encore vu le jeu de mot) va devoir user d’astuce sur son peu de “temps libre” pour avoir accès à ses “instants d’évasion”.

Don Jon est un nouveau genre de comédie romantique mais cette fois-ci placé sous le regard masculin. Le film prend donc à revers toutes les comédies romantiques classiques niaises et rarement crédibles où tout est idyllique. Non, dans Don Jon on parle amour bien sûr mais également baise, anal, fellation, porno, branlette etc… Attention à ces quelques mots n’allez pas imaginer un “Teen Movie” à la American Pie, ce qui serait une insulte envers ce film qui tente de changer les codes cinématographiques classiques en inculquant aux femmes de nouvelles notions, quitte à mettre à jour certaines réalités dérangeantes.

Oui, le sexy, le sexe, le cul est partout ! Nous sommes entouré d’images sexuelles, de mannequins photoshopées, même pour vous vendre du PQ… De ce fait la réalité devient toujours plus “fade”. On passe donc dans un débat où le Porno illustre des actes qui ne sont pas dans la norme ou qui à l’inverse, la norme s’inspire du porno(on ne va pas s’amuser à détailler les pratiques sexuelles plus ou moins bizarres mises en avant et démocratisées par la pornographie). Mais la réalité est que OUI, le porno fait parti du quotidien des hommes (et des femmes même si le film n’en parle pas trop) que oui il inspire, il fait fantasmer et que celui-ci entrainne une forme d’autosatisfaction personnelle qui ne demande aucune autre contrepartie.

C’est un peu dans ce débat compliqué que le film tente de traiter avec légèreté le plaisir de la masturbation devant un porno VS faire l’amour avec une fille VS baiser un coup d’un soir (désolé pour l’aspect cru des mots mais c’est traiter ainsi dans le film). En prenant un certain parti, le film arrive finalement avec l’arrivée de  Julianne Moore à statuer sur une vision du porno et des relations sexuelles qui est juste mais pas universelle.

  • Don Jon : pas parfait mais le premier d’un nouveau genre

Joseph Gordon-Levitt nous livre donc un petit bijou qui sans être le film qu’on regardera 200 fois sera certainement le premier d’un  nouveau genre et inspirera probablement de futurs réalisateurs. Sans aller jusqu’au bout du débat ni jusqu’au bout de “l’histoire” le film nous livre un morceau de vie d’un jeune homme actuel qui se cherche et qui est absorbé dans son train train quotidien sans se remettre en cause. Il est finalement assez représentatif de toute une jeunesse dorée adepte des sites de rencontres qui ne se posent plus la question de “l’amour” ou “la vie de famille” et qui vivent l’instant présent bien au-delà des 30ans.
Ce point n’est pas négligeable car inversement au genre comédie romantique féminin, les femmes se doivent d’être casées à la trentaine et ces films parlent bien plus souvent de fiançailles et mariages alors que Don Jon va se concentrer sur l’aspect relationnel dans un quotidien hypersexualisé où l’on n’a finalement plus besoin de trop chercher pour avoir des relations sexuelles (qui sont en général une part de l’aboutissement des comédies romantiques traditionnelles).

Drôle, juste, cru, Don Jon marque 2014 avec une belle entrée en matière et hisse Joseph Gordon-Levitt au rang de réalisateur novateur.