La racine du Mal

La racine du Mal

Ça faisait longtemps qu’on en avait pas parlé : la racine du mal, le péché originel, la Némésis des gens sains d’esprit et équilibrés… Le jeu vidéo comme source de violence ! Ah la la… Jeu vidéo… Que n’a t-on pas dit en ton nom ? Pas grand chose a vrai dire : il paraitrait que jouer rendrait violent, idiot, asocial, et qu’on pourrait même en mourir d’inanition ! Et voila qu’on nous fait le rapprochement entre le tueur de Toulouse et celui de Norvège avec le jeu vidéo… Ça commence a bien faire, les vieilles rengaines.

La racine du Mal #2

Le Point a beau être un torchon, ça n’excuse pas tout – si, si… quand on accueille BHL pour écrire des chroniques bobo bien pensantes régulièrement, on est un torchon par définition. On a beau avoir tout dit sur le jeu vidéo, il n’y a rien a faire, la même psychose ressortira encore et encore : le jeu vidéo rend schizophrène et violent. Et non, on ne met jamais en avant le fait qu’une licence comme Call of Duty, la plus vendue au monde actuellement, soit tellement répandue qu’il est normal qu’il y ait un taré ou deux à y jouer. Le fait que s’entrainer sur Call of pour tuer des gens, comme aurait fait le tueur de Norvège, démontre déjà que le mec est un peu cinglé a la base. Le fait que des gamins déjà renfermés a la base jouent a des jeux vidéo, et que ce ne sont pas ces jeux qui les ont isolés a la base – je sais pas moi… un mec qui est rejeté socialement il fait quoi normalement quand il est chez lui ? Il compte les cailloux ? Il parle avec le pain ?

Je vais pas étaler longuement les arguments défendant le JV face a ses détracteurs, parce qu’ils viennent souvent d’études elles même controversées. Ceci étant, même si on coupait totalement l’accès aux jeux vidéos violents a nos têtes blondes (et aux plus vieux aussi hein, parce que l’autre dinde la, elle parle de Breivik et de Merah qui étaient déjà plus trop des ados) on en voit déjà pas mal ailleurs de la violence. Il suffit de jeter un œil au journal de 20h ou on aime bien t’exposer, à une heure de grande écoute, tout ce qu’on peut trouver de plus racoleur – je ne parle pas de JP Pernault qui est une autre forme de violence a lui tout seul. Si on se sent pas trop concerné par l’actu, on peut toujours zapper pour aller voir des chtis qui se foutent dessus en s’insultant copieusement sur une ile perdue en Méditerranée, ou encore passer d’un œil distrait sur un clip de R&B bien gras dans lequel on met en avant drogue, armes et misogynie extrême : c’est bon pour ta culture ça, petit.

La racine du Mal #3

Peut-être que les gars de Columbine auraient été de bons enfants sages s’ils avaient joué à la dinette au lieu de jouer a des jeux violents en écoutant du Wagner Marilyn Manson (oui, la musique classique rend fou aussi). Ceci étant, j’ai entendu dire qu’ils mangeaient des cookies tout en jouant, c’est peut être le chocolat contenu dans ces gâteaux diaboliques qui rend fou, non ? Ça expliquerait que ces mêmes aficionados de Battlefield soient ceux qui arrachent des mains les pains au chocolat de nos pauvres enfants a la sortie de l’école. Tout s’explique – bah oui, tant qu’à faire des raccourcis faciles, autant y aller. La dégradation des lieux publics ? Les joueurs de Minecraft qui filent des coups de poing dans tout ce qu’ils voient quand ils sortent dans la rue. Les élections foireuses de l’UMP ? Ils ont trop joué a Tropico. La crise des sub-primes ? Des investisseurs qui se sont crus dans Sim City.

Au juste, une étude très récente a démontré que lire le Point plonge dans une psychose sanguinaire 100% des rédacteurs de blogs. Suffit de lire les commentaires de l’article de presse sus-nommé pour s’en rendre compte. Qu’est-ce qu’on attend pour interdire le journalisme bas de plafond ?

Furfur.