Doctor Who Universe n°3 : Sarah Jane Adventures (2007)

Doctor Who Universe est une suite d’articles portant sur la série Doctor Who et ses dérivés, notamment Torchwood et Sarah Jane Adventures.

SJ

Attention ! Si Torchwood est une série pour adultes et Doctor Who reste une bonne série de SF assez soft, l’autre extrême est The Sarah Jane Adventures, un show destiné donc à un public assez jeune, comme en témoigne le design de leur site internet.

Evidemment diffusé par la BBC, la série a commencé en 2007 et compte maintenant trois saisons. Comme Doctor Who et Torchwood, elle a été créée par Russel T. Davies.

Les interactions avec les autres séries sont assez minimes : dans le dernier épisode de la saison 4 de Doctor Who, (autrement dit l’épisode où une ribambelle de personnages de l’Univers se rassemble pour aider le Docteur), on retrouve Sarah Jane Smith dans le cadre de la série qui lui est consacrée, avec son grenier particulier, ses gadgets et Mr Smith son superordinateur. De plus, la tournée d’adieux du Dixième Docteur passera, semble-t-il, par Sarah Jane Adventures. Bavez, fans.

Comme le reste de l’Univers Docteur Who, la série est kitch, d’un genre Science Fiction bien que pour enfants, avec l’habituelle morale bien moderne propre à l’univers.

De quoi ça parle : La série porte sur le thème « Qu’est-il arrivé à Sarah Jane Smith » (question qu’on peut se poser après l’épisode 11 de la saison 4 de Doctor Who). On découvre que les radiations du voyage dans le Temps ont affecté Sarah Jane, lui donnant une certaine affinité avec le Temps comme celle du Docteur, à moindre mesure, qui lui permet de ressentir quand quelque chose ne va pas, c’est-à-dire quand il y a une influence extra-terrestre dans les environs. L’influence du Docteur lui a permit également un certain sens inné de la technologie, qu’elle utilise pour se fabriquer des gadgets en tout genre. Elle est journaliste, à présent, et dans ses enquêtes elle sera aidée par son fils adoptif, Luke, et différents enfants (13, 14, puis 15 ans).

Tout d’abord un rappel sur le personnage de Sarah Jane Smith. C’est la compagnonne du Docteur qui est apparue dans le plus d’épisodes, puisqu’elle a accompagné le Troisième, le Quatrième et le Dixième Docteur. Et c’est toujours la même actrice : Elisabeth Sladen ! Elle apparait même dans le premier spin-off de Doctor Who en 1981 (voir la fin de l’article), autant dire que s’il fallait créer une série dédiée à un personnage, c’était bien le sien.

SJ2

elisabeth-sladen

Sarah Jane Adventures est donc, quelque part, un choix des fans, et c’est ce qui fait débat dans les communautés. Certains considèrent que c’est du gâchis de la BBC SF d’utiliser le personnage (à fortiori l’Univers) dans une émission pour enfants. Effectivement, Russel T. Davies s’est un peu relâché dans la crédibilité générale du show. Des gadgets flashy à gogo pour le département marketing, des archétypes de personnages classiques qui fonctionnent toujours, une figure parentale facétieuse et une représentation du public à travers une gamine curieuse. En d’autres termes, on lui reproche un certain gâchis de la franchise.

Je ne saurais me prononcer. Effectivement, il y a énormément de facilités dans cette série, mais à mes yeux, Torchwood est aussi mûr que Doctor Who qui est aussi bien pensé que Sarah Jane Adventures. Le problème réside réellement dans les pratiques du commerce destiné aux enfants. Ce n’est pas nouveau, on rajoute des personnages ou des objets attachants dans une émission de télé pour les vendre ensuite, les inclure dans les paquets de céréales, en gros faire du chiffre en plus. Mais tant qu’il y a des parents pour offrir à leur gosse tout ce qu’il demande…

Que dire sur cette série qui, bien qu’ayant beaucoup des atouts du Doctor Who Universe (britishness, ouverture d’esprit, morale moderne et populaire, kitch assumé, critique implicite de la société), elle a bien des défauts. Si vous n’avez aucun problème à regarder une des séries crétines pour ados qui passent le matin (je me souviens du Loup Garou du Campus avec émoi), cette série pourra vous convenir. Si vous êtes fans de Doctor Who et Torchwood, ce n’est pas forcément la peine de la regarder. Si vous êtes un sériphile monomaniaque jusqu’au-boutiste comme moi, vous n’avez pas le choix, il y a trop de références dans cette série pour l’ignorer !

Et on peut finir sur une note d’espoir. K9 (prononcé « canine » en anglais) n’aura jamais vu, quant à lui, sa série aboutir. Il y eut un essai en 1981 intitulé K9 and Company, et on peut dire qu’il s’agit du premier spin-off de Doctor Who mais… Il ne durera qu’un épisode. Depuis la franchise de 2005, cependant, on reparle de créer une série indépendante pour K9…

Quoi qu’il en soit, on continuera à le voir de temps à autres entre les différentes séries du Doctor Who Universe.

Sur ce, je vous laisse, j’ai besoin de Mr Smith, plus que jamais.

Gyr.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires