Kick-Ass 2

Kick-Ass 2

Après adaptation réussie du premier Kick Ass, l’adaptation de la suite du comic culte de Mark Millar était une évidence. La suite “troue-t-elle vraiment the ass” ? Retours…

Kick Ass 2 reprend après le 1. Big daddy est mort, d’autres personnes sont devenues à leurs tours des super héros de tous les jours et Hit girl vit désormais chez l ex collègue de son père.

Kick-Ass 2 #2

Après quelques temps, Dave va s entraîner pour devenir un meilleur super héros, Red myst va devenir le premier “super vilain” – le motherfucker –  et une suite d’événements va amener Hit girl à tomber le masque et à expérimenter la vie difficile d’une jeune fille de tous les jours – rôle auquel rien ne l’a préparée.

Il est un peu paradoxal venant de moi d’écrire un avis sur kick ass 2 alor que je n’ai pas apprécié le 1. Kick ass 2 est un très bon film bourré de répliques savoureuses. Pour une adaptation, elle est relativement fidèle à la BD, les hectolitres d’hémoglobine en moins.

Kick-Ass 2 #3

Parmi les divergences avec la BD, il est vrai que Chloé Moretz commence à être un peu trop vieille pour Hit girl, mais bon on lui pardonne. Jim Carrey, hors de son régime comique, campe un excellent colonel – ce malgré la polémique qu’il a créé pendant la promotion du film (refus de participation car le film est à son avis trop violent…..un peu cracher dans la soupe quoi).

Pour ceux et celles qui ne l’ont pas encore vu : le trailer :

Kick ass 2 part un peu dans tous les sens mais est un très bon film. Hors des marqueurs des films de super héros traditionnels, on prend plaisir de voir les protagonistes évoluer dans la définition de l héroïsme de ce qu’ils sont et de ce qu’ils ne sont pas. Au delà de la violence, ce sont les répliques, vulgaires mais oh combien savoureuses qui marquent.

Ce film est un très très bon moment pour les amateurs de comics et d’action ; supérieur à mon humble avis au premier et comportant un ou 2 clins d’oeils à la bibliographie de Millar (pensez à moi quand vous verrez l’affiche de l’excellent comic superior)