Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques.

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques.

Maintenant que la vanne pourrie du jour est dehors, laissez moi vous parler d’un petit bijou de cinéma d’action, 100% original, parfaitement bien joué et encore jusqu’ici jamais. M’est avis qu’il y aura un avant et un après Brick Mansions.

LOL

À savoir : Brick Mansions est le remake américain de Banlieue 13 écrit et produit par Luc Besson dans lequel on retrouve le regretté Paul Walker, le français David Belle et le rappeur américain RZA.

N’ayant jamais vu la copie originale hexagonale *lapidation générale* je ne peux comparer les deux. Mais de l’humble avis d’une amie qui était avec moi au cinéma : Brick Mansions est copié/collé de Banlieue 13 avec des courses poursuites en sus.

L’histoire fait sens puisqu’elle se déroule à Détroit, qui malheureusement est une ville réellement en faillite et surtout à l’abandon depuis un moment (on ne peut pas encore en dire autant de Marseille). Donc de ce point de vue là, le remake se démarque et prend des proportions épiques. Mais pour le reste… L’histoire tenant sur un post-it de mouche, je m’attendais à du trépident et du marrant mais en fait le film consiste en une soupe d’action invraisemblable qui est tout juste palpitante lors des scènes avec l’incroyable David Belle et qui ensuite se contente de faire dans le classique et le prévisible. Alors forcément quand on nous mâche le travail comme ça on se dit qu’on ira trouver notre bonheur du côté, si ce n’est des personnages, des acteurs.

LOL

(dialogue imaginé mais potentiellement véridique)

Luc Besson : Les mecs ! On a besoin d’un acteur capable de jouer un flic infiltré, droit dans ses bottes et incorruptible qui, au contact, de gangsters redoutables et redoutés va se rendre compte qu’il est peut-être du mauvais côté et qu’en fait ceux qu’il combattait avec acharnement sont en fait de grands humains avec la main sur le coeur, qui n’ont pas eu de chances et n’ont pas forcément fait les meilleurs choix dans la vie mais ils ont de bonnes intentions. Il faut aussi qu’il soit beau gosse et qu’il puisse faire bonne figure dans un film d’action.

Un mec avec une bonne idée : Hier j’ai vu Fast & Furious sur NRJ 12 et je connais le mec idéal pour ce rôle absolument unique et jamais vu.

Luc Besson : Super on prend !

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques. #2

Et voilà comment Paul Walker s’est retrouvé à jouer Brian O’Connor 2 mais sans histoire d’amour cette fois. Ensuite on se demande ce que vient foutre David Belle dans l’histoire. Avec son accent si…charmant et son incroyable aura. Facile : c’est un français-antillais dont on ne sait rien si ce n’est qu’il a une meuf latina et qui joue les Robin des Brick. Niveau profondeur de personnage : 0

Mais il y a pire. Il y a bien pire. Il y a…RZA

Pour ceux et celles qui ne connaitrait pas cet espèce de mix entre le chien Télé Z et Wesley Snipes, c’est un rappeur ami de Quentin Tarantino (qui signe d’ailleurs une des meilleurs chansons de la B.O de Kill Bill) et qui a officié dans L’Homme aux Poings de Fer. Il était alors réalisateur et acteur. Si dans ce film d’arts martiaux complètement barré, son mauvais jeu d’acteur pouvait presque passer pour de la performance, dans Brick Mansions on se trouve face à un homme qui a autant de charisme qu’une huître cuite.

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques. #3

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques. #4

On l’affuble de dialogues absolument à vomir qu’il récite comme un élève de CE2 et sous pretexte qu’il est bien sappé on est censé croire qu’il est le roi bien pensant et terrifiant de Brick Mansions. L’équivalent de Dominic Toretto (Vin Diesel) dans Fast & Furious mais avec des mains propres et un penchants pour les flingues dorés plutôt que les clefs anglaises.

Donc pour résumer on a : de mauvais acteurs (ou en tout cas de mauvais personnage), une histoire ridicule et bancale, une alchimie quasi-inexistante alors que le duo Paul Walker/David Belle est censé donné un cachet buddy movie à Brick Mansions. Hmm est-ce que j’oublierais pas quelque chose ? *se frotte le menton* Mais si ! Les femmes !

Qui dit film d’actions, dit jolie minettes. Pas toujours, certes, mais dans 99% des cas il y au moins un jolie minois qui s’avère être soit une demoiselle en détresse soit une tigresse sadique sortie tout droit du Donjon du SM toute de cuir vêtue.

Dans Brick Mansions on a les deux !

Si c’est pas génial ça franchement. Donc d’un côté on a une latina du nom de Lola, qui étudie le droit tout en travaillant à mi-temps dans un restaurant diner et dont l’uniforme semble être le même que dans une école catholique avec une jupe magique qui raccourcie au fur et à mesure que le film avance. Et de l’autre nous avons Rayzah, dont le nom à lui seul nous explique la personnalité déviante de cette femme aux goûts vestimentaires particuliers (version phonétique du mot  razor qui signifie rasoir). Evidemment on aura droit à un face à face entre la demoiselle en détresse et la prêtresse SM et évidemment il faut que le “combat” soit sensuel, limite lesbien. Parce que c’est bien connu que quand deux femmes se battent, elles expriment en réalité leur désir enfoui de se grimper dessus et de jouer aux ciseaux l’une avec l’autre !

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques. #5

Oui Brick Mansions est une merde et ce, sur de nombreux niveaux et ça me fait chier que ça soit un des derniers films que Paul Walker ait tourné. Pour avoir vu quasiment toute sa filmographie, c’était un bon acteur qui n’a pas fait que des choix judicieux (il faut bien manger) mais qui au moins s’en sortait bien et si sur la fin il ne variait pas vraiment les rôles, au moins était-il bon dans ce qu’il faisait. Or, Brick Mansions est un film insipide auquel on ne croit pas une seule seconde tellement les acteurs eux-mêmes semblent être en dehors du film. Et je ne parle pas de la morale de fin parce qu’il y a de quoi se taillader avec le ticket d’entrée du cinéma.

Brick Mansions réalisé par Camille Delamarre. Action. Durée : 1h30

Sorti le 25 Avril 2014

Brick Mansions : le film qui n'en casse pas...des briques. #6