Black Sails - Pirates, boobies et trésor

Black Sails - Pirates, boobies et trésor

Peut-être que vous en avez entendu parler, ou peut-être pas mais sachez qu’il y a trois semaines, la chaîne câblée américaine Starz (qui produit déjà Spartacus ou encore Da Vinci’s Demons) a lancé son très attendu préquel au roman de Robert Louis Stevenson : l’Île au Trésor.

20 ans avant les évènements du roman, le Capitaine Flint fait la rencontre de John Silver et c’est à Nassau que va se jouer l’avenir des pirates et par extension, celui du monde. Le show nous gratifie de bon nombre de chairs fraîches qui ferait presque pâlir les Game of Thronette et parvient à écrire une très belle histoire, loin des clichés, entre deux femmes. Je sens que j’ai capté votre attention tout d’un coup !

Black Sails - Pirates, boobies et trésor #2

Alors oui, Black Sails offre du boobs à ne plus savoir quoi en faire et laisse pantoise la ménagère qui espère voir de la fesse rebondie (au 3ème épisode toujours aucune fesse en vue) mais aussi de l’humour en la personne de John Silver (Luke Arnold) qui cabotine joyeusement au milieu des pirates en essayant de mettre la main sur ce putain de trésor.

Loin du très fun et complètement fumé Pirates des Caraïbes, Black Sails s’inscrit dans une veine que j’appellerai réalisto-glamour. Ce qui signifie que le show est très réaliste SAUF en ce qui concerne l’hygiène des personnages. Dents blanches et peau douce sans trop de poils qui dépassent parce que MERDE, la chaîne Starz vend du rêve aussi.

Sombre mais pas aussi violent que ce à quoi on peut s’attendre, la série déstabilise vis à vis de son rythme assez lent alors que nous avons Michael Bay aux commandes. Pas de grandes batailles à coup de boulets de canon ou de mecs borgnes puant le rhum et hurlant, perroquet sur l’épaule : “À L’ABORDAAAAGE !!!” Après je dis ça mais si ça se trouve dans les prochains épisodes on y aura droit 😉 La série mise beaucoup sur la construction de ses personnages et il est inutile d’avoir lu L’ïle au Trésor pour apprécié grandement Black Sails.

J’avoue avoir eu peur que la série tienne plus de la fanfiction du dimanche que du vrai show avec un intérêt visuel et scénaristique mais je peux vous dire qu’à mon humble avis,  Black Sails s’avère être un très bon cru. Si on passe la 3D approximative de la séquence d’ouverture, on se rend compte que l’on a devant les yeux un show de qualité. Avec une musique composée par l’excellent Bear McCreary (Battlestar Galactica), Black Sails chouchoute nos oreilles autant que nos yeux, et en plus nous gratifie d’un excellent générique. Moi qui regrettait la disparition de ce procédé, je peux dire merci aux “petites” chaînes de faire revenir ce qui pour moi marque l’identité d’un show, au premier rang.

 Loin d’avoir le budget d’une série HBO, Starz s’en sort tout de même avec les honneurs et nous offre 1h de spectacle par semaine. La première saison va contenir 8 épisodes et une seconde est d’ors et déjà programmée. Les pirates ont encore de beaux jours devant eux. Ca vaut bien une petite crêpe au rhum tout ça !

Black Sails - Pirates, boobies et trésor #3
Black Sails - Pirates, boobies et trésor #5