• Home »
  • Cinéma »
  • 300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ?

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ?

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? Avec un mec qu’on ne connait pas et la meuf qui s’est tapé James Bond !

Pour une fois je vais vous parler d’un film déjà sorti parce que j’ai rien vu de nouveau (où sont les projections de presse et autres avant premières?) et qu’il faut bien que je vous parle d’un truc parce que c’est mardi, sinon Jayer-Tout-Puissant me fouettera par mail. Oh oui !

Du coup, parlons peu mais parlons bien.

300 : Naissance d’un Empire c’est la suite de 300 sorti sur nos écrans en 2007. Sauf que ce n’est pas vraiment une suite. Disons qu’il s’agit plutôt d’un préquel qui se passe donc avant les évènements mettant en scène Gerard Butler et 300 types en slip de guerre. Sauf que ce n’est pas non plus vraiment un préquel.

Mais alors c’est quoi ?

Et bien, cher toi-même derrière l’écran, 300 : Naissance du Pire est une m…. un mélange entre le préquel, le film parallèle et la suite. C’est donc : une fanfiction !

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #2 Ça vaut pas un “Tonight we dine in hell” ou encore un “THIS. IS. SPARTAAA !!!”

En tout cas c’est l’impression que m’a laissé ce film dont l’action se déroule avant, pendant et après 300 premier du nom.

Heureusement qu’UGC * pub pub pub * a eu la bonne idée d’organiser une soirée cuir-moustaches parce que je n’aurais pas juré de la cohésion temporelle de 300 2. Et pourtant, force est de constater que la suite-qui-n’est-pas-vraiment-une-suite tient la route. Enfin presque.

Si le premier était décadent et arrogant à souhait (ce qui colle parfaitement à la psychologie de ces conna*ds de Spartiates) avec un bande son violente, métallique et grandiose, devenant rapidement un objet culte, je ne peux pas en dire autant de Naissance d’un Empire.

Quand les producteurs se sont rendus compte qu’ils avaient perdu Gerard Butler en leader et Michael Fassbender en Captain Obvious, ils ont dû flipper. Du coup, pour contrebalancer la perte ils ont décidé de nous offrir Eva Green (Perfect Sense, Casino Royale) en grande méchante diabolico-sexy et Sullivan Strapleton qui visiblement a fait moultes choses avant 300 2.0 mais dont je n’avais jamais entendu parlé avant et je comprend pourquoi !

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #3 Gerard trouve que Sullivan est un con sans charisme. Et Gerard a raison.

Ce mec a autant de charisme qu’une huitre périmée et se trouve affublé d’un nom à la con Thémistocle que tout le monde dans le film s’évertue à répéter plusieurs fois. On se croirait presque à une leçon d’élocution du Cours Florent. Notre nouvelle tête d’affiche est athénien, porte la cape bleue et se trouve être l’un des plus grands héros de la Grèce qui, il y a 10 ans (avant 300 n°1 donc) tua le roi Perse Darius, père de Xerxès – avant sa période bling bling – puis…puis on sait pas trop ce qu’il est aller foutre entre temps (ou alors j’ai rapidement été enlevée par une puissance extra-terrestre pour qu’on m’enlève la merde dans mon cerveau et du coup quand je suis revenue j’ai loupé la biographie de Thermomètre). Si ça se trouve il avait un élevage de brebis mais quoi qu’il en soit quand l’empire Perse contre attaque, Thermostat se sent gonfler d’héroïsme et court, saute, cri, frappe et vole un cheval pour sauver la Grèce qu’il rêve de voir, un jour, unie. Que c’est beau !

Forcément il s’en va demander de l’aide à Gorgo. Mais la reine de Sparte pleurant son amant/ami/mari/roi/plombier/guerrier/fabriquant de chocolat, l’envoie doucement se faire voir…chez les grecs (festival de l’humour édition 2014 : prix de la vanne la plus facile et pourrie).

Entre temps on découvre les origines – vite fait hein parce qu’on est quand même là pour voir des mecs aux abdos d’acier se foutre sur la gueule – de Xerxès le roi-dieu de 300 édition Snyder. Mais surtout, et c’est bien le seul intérêt du film, on découvre le véritable mal, la personne qui tire les ficelles derrière la grande gigue ancêtre probable de Mister T, j’ai nommé Artémis aka Eva Green.

La peau diaphane, le regard sombre, elle irradie complètement, porte le film comme elle peut sur ses épaules, nous balançant à la tronche son aura puissante, flippante et bandante (je suis une femme et j’assume mes propos). Bien que son personnage et ses motivations soient plus que classiques, l’actrice – fille de Marlène Jobert – s’en tire bien mieux que tout le monde. Et si tout le film sombre peu à peu dans un marasme de scènes improbables, aux dialogues creux sur fond vert avec une lumière dégueulasse et une musique à vomir par les oreilles, Eva – ô doux poison de mes nuits – fascine et accroche le spectateur, notamment dans une scène, la seule qui vaut d’ailleurs le coup dans ce film de m….de moyens financiers très élevés, durant laquelle l’audience s’est sentie toute chose.

Je le clame haut et fort : ce film n’est même pas un bon film d’action, c’est une suite/préquel/parallèle/ bâclée avec un Snyder uniquement à la production qui a dû dire au réal « vas-y balances des ralentis tant que tu peux et personne ne verra la différence » tellement il en a foutu des ralentis à la con – et ce, jusqu’à la TOUTE fin ! Ça sent le téléfilm, le direct vidéo qui ne se donne pas les moyens (et je ne parle pas de dollars) de faire mieux car il part du principe qu’il y a une base de fans assez conséquentes et deux ou trois gros noms du cinéma/télévision pour assurer derrière.

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #4 Ce mec se baigne dans de la pisse ! Ou alors c’est du Petit Marseillais dilué. Au choix.

Le titre nous laisse à penser un film nous montrant les origines d’un Dieu-Roi mais la bande annonce nous dit tout autre chose. Elle nous promet le sang des héros et une guerrière farouche et impitoyable. Au lieu de ça on a juste une bouse monumentale qui chie sur les Grecs (déjà que 300 en soit c’était pas glorieux et historiquement vaut mieux pas chercher, mais au moins c’était fun) et sur les attentes du spectateur affamé de pop-corn et de Coca en fontaine. 

Là où le premier était une adaptation d’un comics à la violence graphique sur fond de loyauté par un mec qui cherchait à se faire un nom aussi gros que les lettres sur la colline d’Hollywood, le second est – aussi – une adaptation d’un comics (du même Frank Miller) pas encore publié et si on retrouve Zack Snyder au scénar (enfin ça, c’est ce que dit le générique) question réalisation on a droit à un clampin dont le seul exploit consiste en une comédie réunissant Sarah Jessica Parker et Dennis Quaid ! J’aurais dû me douter de quelque chose. Et en plus quelqu’un a cru que c’était une bonne idée de faire un remixe de la chanson War Pigs des Black Sabbath pour le générique de fin ! Je tiens à rappeler que la chanson en question est antimilitariste et qu’enlever les riffs de guitare de Tony Lommi EST UNE HÉRÉSIE ! AU BUCHER LES LOPETTES EN CAPE BLEUE !!!

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #5

Tout ceci n’est que mon humble avis et je vous encourage fortement à laisser le votre en commentaire.

Avez-vous envie de voir ou déjà vu 300 : Naissance d’un Empire ? En 3D ou en 2D ? Qu’avez-vous mangé au petit déjeuner, dites-nous tout, ça nous intéresse 😉

Sur ce, je vous laisse, je m’en vais conseiller mon mari quant à son choix de sous-vêtement (vive le slip de guerre en cuir !)

300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #6

300 : Naissance d’un Empire réalisé par Noam Murro. Action. Durée : 1h45

Sorti le 5 Mars 2014

  • 300 La Naissance d'un Empire : Et si NRJ 12 se lançait dans la production de fan fiction ? #7