The Legend of Chun-Li : Légendairement con

The Legend of Chun-Li : Légendairement con

Il y a un bon côté a être a l’étranger, notamment aux États-Unis, c’est que l’on peut voir certains films en avant première, pour ainsi dire. Il y a aussi un mauvais côté, c’est qu’on peut voir aussi les grosses daubes fumantes en avant-première. Surpriiiise, le film The Legend of Chun-Li appartient a cette catégorie de films torchés en speed un lendemain de cuite par des tacherons sans scrupules. Bon, ok, vu le titre, fallait pas s’attendre a un chef d’œuvre, mais LA, il y a des bornes a ne pas dépasser…

Alors, résumons : le papa de la petite Chun-Li (Kristin Kreuk, qui aurait du rester dans Smallville) se fait enlever par le méchant et vil Bison/Vega (Neal McDonough, tout le charisme d’une tranche de mimolette). La petite fille va grandir et, afin de retrouver son père, enquêter sur les faits et gestes de son kidnappeur. Au passage, elle devient un artiste martial confirmé grâce a l’aide d’un vieux maitre chinois qui fait apparaitre des boules de lumière rigolotes et mal incrustées.

The Legend of Chun-Li : Légendairement con #2

Il est beau, mon vieux maitre, a gauche de l’image, hein?

Bon. Force est de constater que ce film chie dans la colle de manière phénoménale. Je sais, un film adapté d’un JV, c’est souvent nul, mais a ce point… Pour l’aspect technique, déjà, c’est mal cadré (caméraman bourré adepte du zoom qui coupe systématiquement la moitié du visage des acteurs), c’est mal monté (« Salut, je te connais pas, tu viens m’aider a casser la gueule au méchant corpo? » « Euh… ok ? « ), les FX sont tout pourris (explosions mal incrustées mode série TV des années 80) et les bastons ne valent rien du tout, le comble pour un film d’action sensé être centré sur les arts martiaux.

Niveau direction d’acteurs, ça cabotine comme si leur vie en dépendait. Le vieux maitre chinois ne ressemble a rien du tout, c’est assez puissant… Quand a la pauvre fliquette a deux sous, ses pneumatiques jouent a sa place si vous voyez ce que je veux dire. Le chorégraphe a du mourir de dysenterie au premier quart du film (le combat qui ouvre le film est sympa, mais tous les autres sont effroyablement mal foutus…).

The Legend of Chun-Li : Légendairement con #3

Allez les gars, vous me retrouvez ce réalisateur. Vous avez l’ordre de tirer sans sommations.

Pour ce qui est du scénario, c’est évidemment basique et un peu bidon, soit. Il faut tout de même préciser que les deux policiers en mousse présents pendant la moitié du métrage ne servent a rien du tout, si ce n’est vaguement expliquer ce qui se déroule, au cas ou les spectateurs seraient trop cons pour comprendre (cela dit, j’avoue que nous avons étés très cons, ER84 et moi, d’être allés voir ça au lieu de Coraline…). Les combats tant attendus sont bâclés-torchés, ce qui prouve qu’en plus d’être mauvaise, l’équipe du film n’a aucun sens du commerce (allez, je spoile un peu : Vega/Balrog se fait peter le cul en deux coups de pied, et en plus, son masque est top moche).

Pour résumer, The Legend of Chun-Li est un film adapté d’un jeu vidéo, certes, mais un très mauvais film, du niveau de Super Mario et de Mortal Kombat II. Le fond du panier, quoi. On était en droit de s’attendre à une grosse série B bourrine mais correcte, et ce n’est même pas le cas.

  • The Legend of Chun-Li : Légendairement con #4