• Home »
  • Mangas »
  • Interview des éditions Ototo pour la sortie papier du webtoon Tower of God

Interview des éditions Ototo pour la sortie papier du webtoon Tower of God

Bonjour Grégoire (Grégoire Labasse, Assistant éditorial aux éditions Ototo, Ofelbe, Taifu et NihoNiba), tout d’abord merci pour cette demande d’interview qui se déroule dans un contexte assez particulier puisque vous venez de sortir le Webtoon Tower of god en version papier alors que cette oeuvre est diffusée en ligne depuis 10 ans et depuis un peu plus d’un an en France sur la plateforme Webtoon.

Ototo est un éditeur assez jeune sur le marché (vous avez fêtez vos 10ans cette année), comment voyez-vous aujourd’hui le marché du manga avec toute cette concurrence ?

  • Vaste sujet. C’est à la fois un marché très fourni en termes d’offre, ce qui me réjouit puisque ça donne l’occasion aux lectrices et lecteurs français de découvrir beaucoup de titres qui n’atteindront pas forcément les autres marchés occidentaux. D’un autre côté, c’est aussi un grand défi en tant qu’éditeur, puisque ça demande plus que jamais de se démarquer par la qualité de notre proposition éditoriale

Après la vague des Manhwa au début des années 2000, qui a malheureusement vu bon nombre d’éditeurs et de labels disparaître avec l’éclatement de la bulle, nous avons désormais une nouvelle tendance : les webtoon ! Véritable succès en Corée depuis presque 10ans, est-ce la nouvelle manne de l’édition ?

  • Difficile à dire, il y a aujourd’hui encore très peu de titres issus du webtoon qui ont atteint les rayons de nos librairies. Pour l’instant, nous sommes très contents de la réception de Tower of God qui a déclenché un enthousiasme assez fou dès son annonce sur les réseaux sociaux, et le thriller psychologique Killing Stalking qui est sorti chez notre maison-sœur Taifu Comics rencontre également un franc succès, donc on serait tentés de répondre par l’affirmative, mais en vérité on a encore trop peu d’éléments pour le dire

Les webtoon sont présents depuis plusieurs années en anglais et depuis 4,5ans sur des sites amateurs.

S’il existait déjà quelques plateformes comme delitoon ou webtoon Factory nous sommes obligé d’évoquer le lancement assez retentissent de la plateforme webtoon (naver) juste avant le covid en décembre 2019…

Est-ce que selon vous le confinement a été un élément permettant d’étendre la notoriété des plateformes en ligne ?

  • Il y a sans doute eu un effet positif pour ces plates-formes, oui. Tout comme les autres loisirs numériques ont connu une forte croissance dans la période, le webtoon a à mon avis profité d’au moins une portion de cette tendance

Plusieurs animés issus de webtoons ont été diffusés en 2020 (Tower of god, god of high school, Noblesse). Cela a-t-il été l’élément déclencheur pour vous lancer ?

  • Du tout, puisque l’anime a été annoncé après que nous ayons entamé les discussions autour du titre ! Nous sommes obligés de l’évoquer et ce n’est pas peu dire, vous possédez la licence de Tower of god un des webtoons les plus connus au monde dont on attendait depuis des années une version officielle française. Dites-nous tout, comment l’avez-vous découvert ? Comment avez-vous récupéré les droits sur un des fameux Big 3 coréen ? C’est notre directeur éditorial Louis-Baptiste Huchez qui avait l’œil dessus depuis quatre ou cinq ans, quelques années après que le titre aie commencé sa publication officielle anglophone. Le titre faisait déjà beaucoup parler de lui alors, ce qui l’a alors amené à s’intéresser à celui-ci. Quand aux tractations sur les droits, on ne rentrera pas dans les détails, désolé !

Avec cette énorme concurrence et la multiplication de nouvelles oeuvres, toute sortie est une prise de risque. Considérez-vous qu’investir dans le Webtoon et plus particulièrement Tower of god est risqué aujourd’hui ou êtes-vous plutôt confiant ?

  • Comme vous l’avez dit, Tower of God est une, sinon la, série phare du médium, avec une communauté très active et une actualité foisonnante, on était donc assez confiants sur le fait que la nouvelle de son annonce en France ferait un sacré effet. Cela étant, la problématique était plutôt : comment proposer cette œuvre dans un écrin qui puisse satisfaire le maximum de lecteurs possible, d’autant que l’impression de webtoons qui sont en couleur n’est pas une mince affaire. Nous avons donc abouti au format que vous connaissez, plus petit que certaines autres éditions de webtoons mais avec une qualité d’impression irréprochable et un prix très abordable, pour permettre à autant que gens que possible de découvrir le titre dans les meilleures conditions !

Si le succès est au rendez-vous, allez-vous tester d’autres oeuvres ?

  • On y réfléchit !

Étant présent dans le nombre groupes parlant de webtoons, forcément j’ai demandé aux fans qu’elles questions ils aimeraient vous poser :

Tower of god existait déjà en version papier en Corée. Y a t il des différences entre les 2 éditions ? (Je le rappelle pour nos lecteurs il y a un énorme travail de remise en page nécessaire pour passer d’une version web verticale au format livre).

  • En effet, notre édition est moins épaisse que l’édition originale, le chapitrage n’est donc pas tout à fait le même, mais ça nous permet en contrepartie de la proposer à un tarif beaucoup plus accessible que la moyenne, ce qui est préférable pour une série longue comme celle-ci ! Ceci mis à part, le contenu est identique à la version coréenne

Concernant le rythme de publication, nous avons à faire à des œuvres ayant des centaines de chapitres avec quel rythme pensez-vous publier tower of god ?

  • On espère pouvoir maintenir un rythme d’un tome tous les deux ou trois mois

Quand on parle de webtoons il n’y a pas que des œuvres coréennes. Au même titre que les “Manfra” allez-vous proposer des œuvres autres que coréennes ? Voir françaises ?

  • C’est vrai que le webtoon est un vivier de créateurs et de créatrices même en-dehors de la Corée. Pour l’instant, ce n’est pas prévu, mais il faudra sans doute que nous nous y intéressions, oui

Les plateformes en ligne sont l’apanage des webtoons et pourtant il y en a très peu (de légales) sur les mangas japonais. Pensez-vous que cela restera concentré sur le marché coréen ?

  • En l’occurrence, c’est quelque chose qui arrive de plus en plus du côté japonais, avec par exemple Manga Plus pour la Shueisha, l’offre anglophone récente de l’éditeur AlphaPolis… C’est quelque chose qui prendra du temps à se développer et à se démocratiser, mais c’est un mouvement qui à mon avis va continuer à prendre de l’ampleur et sera à suivre au cours de cette décennie

Histoire de finir sur une info croustillante, pouvez-vous nous teaser et nous dire qu’elle prochaine œuvre paraîtra dans votre catalogue ?

  • Désolé, j’ai zéro indices pour vous ! 🙁

Je vous remercie beaucoup pour le temps passé à répondre à cette interview

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments