• Home »
  • Cinéma »
  • Il Était une Fois Veronica : quand libertinage rime avec crise existentielle

Il Était une Fois Veronica : quand libertinage rime avec crise existentielle

Il-était-une-fois-Veronica

Verônica est une jeune femme pleine de vie qui multiplie les rencontres amoureuses et les expériences sexuelles. Récemment diplômée en psychologie, elle se voit confier un poste à l’hôpital public de Recife. Mais la maladie de son père et les nouvelles responsabilités de son travail vont peu à peu remettre en cause sa vie libertine.”

Ça c’est le sujet officiel ! Laissez-moi juste le temps de réajuster la vérité *tripote les boutons* eeet voilà ce que ça donne :

Verônica est une jeune femme paumée dans la vie (comme toute personne entre 25 et 30 ans visiblement) qui multiplie les rencontres amoureuses avec Gustavo, le mec qu’elle présentera comme son fiancé à son père pour lui faire plaisir et les expériences sexuelles dans le sable, à poil avec d’autres gens et où personne ne semble dérangé par les grains qui grattent, se logeant où il ne faut pas. Récemment diplômée en psychologie, elle se voit confier un poste où elle est traitée comme une stagiaire à l’hôpital de Recife, ville qui tombe en désuétude et devient de plus en plus mal famée. Mais la maladie de son père et l’affrontement avec la réalité de la vie, la vraie, vont peu à peu remettre en cause sa vie soit disant libertine.”

Yay ! Ejac faciale ! (LOL)

Yay ! Ejac faciale ! (LOL)

Aaah là c’est mieux ! Là on voit tout de suite qu’on aura droit à un film contemplatif, chiant mais qui se veut vif et ancré dans la réalité. Le libertinage c’est pour nous faire entrer dans la salle mais passé 3 gros plans de quéquettes molles et de nichons libérés, il n’y a plus grand chose à se mettre sous la dent. Alors, certes, le réalisateur veut nous faire comprendre que les choses changent (en maaal) et que même au soleil les gens ont des soucis (sans blagues !) mais le résultat est archi-décevant.

Déjà je dis STOP au contemplatif à outrance. Je n’ai pas signé pour un Terrence Malick (plutôt mourir) et pourquoi, POURQUOI dès qu’on parle de crise existentielle on nous ressort des loooongs gros plans chelous (ici des gros plans sur les cheveux qui blanchissent de Verônica parce que tu comprend avec le stress de la vraie vie + les sorties à la mer ses cheveux en pâtissent) et du contemplatif ? On ne peut pas faire un film un peu plus nerveux pour changer ? Étant moi-même passé par la phase “où suis-je ? où vais-je ? Dans quel état j’erre ? (jeu de mots pourris inclus)” je peux vous assurer que ce n’est pas comme dans les film en mode grosse loque, coquille vide qui se déplace et essaie vaguement de faire le point. Après chacun gère sa crise comme il/elle l’entend mais quand on regarde Il Etait Une Fois Verônica on se dit que les cinéastes n’ont qu’une seule et même vision de la quête de soi.

Heureusement que les acteurs sont bons parce qu’il y a longtemps que j’aurais piqué du nez (le monsieur d’à côté ne s’est pas gêné, lui.). La relation père/fille est par contre magnifique. Sensible, touchante et pas du tout pathétique. C’est d’ailleurs à travers cette relation que va se construire Verônica et que le film va prendre tout son sens.

Malgré tous ses efforts, je suis restée insensible à l’image de Marcelo Gomes et je dirais même que le film aurait dû être un roman. On ne peut pas traiter correctement d’un sujet aussi complexe en 1h30 et le prisme choisi (le “libertinage”) n’est juste qu’une accumulation de clichés pénibles à regarder. C’est dommage parce que j’y allais vraiment l’esprit ouvert, n’étant pas une grande habituée du cinéma brésilien hormis pour leur thrillers.

Après, ceci n’est que mon humble avis, et rien ne vaudra le votre 😉

Il était une fois veronica

 

Il Était une Fois Verônica réalisé par Marcelo Gomes. Drame. Durée : 1h30

Sortie prévue le : 12 Février 2014

Éjacule enfants
S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Paul R.
Paul R.
21 janvier 2014 9:04

J’ai apprécié ta critique, elle est bien écrite, directe. J’ai bien l’intention de jeter un oeil au film, afin de me faire ma propre idée !

laurance
laurance
21 janvier 2014 11:21

Faudrait avant qu’on voit le film pour donner notre avis car si on tient compte du tien je ne le verrais jamais ce film que dans BA paraît plein de scène érotique osé à mon avis !!!

Kevin
Kevin
21 janvier 2014 14:14

Belle critique, mais le film reste à voir….

Data Typing Business
Data Typing Business
21 janvier 2014 23:13

J’ai apprécié ta critique, elle est bien écrite

deguisement-discount.com
deguisement-discount.com
22 janvier 2014 10:42

Je pense que j’irai voir le film 🙂
En tout cas la critique m’a donné envie

laurance
laurance
24 janvier 2014 11:46

Tu veux dire que c’est proche de l’érotisme qui patauge dans le vulgaire ?