Divergente : le nouveau Hunger Games ?

Divergente affiche

Dès le début soyons clairs. Divergente n’est pas le nom d’un film coquin sur les moeurs étranges d’une jeune fille en fleur, ni d’un roman Harlequin. Je dis ça parce que la première fois que j’ai entendu ce nom, c’est à ça que j’ai pensé.

Non. Divergente est une énième adaptation de roman pour “jeunes adultes” qui voit le jour sur le grand écran. Située dans le futur, la société décrite dans Divergente a subit une terrible guerre et vit recluse sur elle-même (ici à Chicago) et est divisée en cinq factions : les Érudits, les Altruistes, les Fraternels, les Sincères et les Audacieux, afin de maintenir la paix. Très vite on se rend compte que cette société est loin d’être parfaite et que nous avons bien à faire à un univers dystopique dans lequel notre héroïne Tris devra construire et assumer son identité tout en luttant pour ne pas finir embrochée. Ça vous rappelle quelque chose ? C’est normal, la plupart des romans pour “jeunes adultes” adaptés au cinéma sont dans ce goût là. Adieu la romance à l’eau de rose avec Twilight ou encore Sublimes Créatures et bonjour la dictature, la guerre, la survie des petits jeunes avec Hunger Games, qui a bien ouvert la voie, Le Labyrinthe (prévu pour cet automne) ou encore Divergente.

L’adaptation de romans, comics et autre médium est une habitude dont Hollywood n’est pas prêt de se débarrasser tant ça fonctionne bien. Pour son premier weekend d’exploitation US, Divergente a brassé plus de 50 millions de dollars, assurant ainsi la mise en chantier de sa suite Insurgent et même du troisième tome (rien que ça) Allegiant. Le filon est donc loin de se tarir.

Divergente mérite t-il pourtant le titre de nouveau Hunger Games ? Mon humble avis est non. Si je n’ai pas encore lu les romans (le film m’a donné envie tout comme le premier Hunger Games m’a poussé vers la version papier) d’un point de vue strictement cinématographique je dirais que les comparaisons entre les deux tiennent en “une héroïne plongée malgré elle au coeur d’une guerre dans un futur dystopique.” et en un casting similaire.

Je m’explique.

Comme pour Hunger Games, on retrouve de quasi inconnus dans les rôles titres et de bonnes pointures dans les rôles secondaires adultes. Pour Divergente on a donc droit à Ashley Judd (Le Collectionneur, Droit de Passage) qui incarne la mère de Tris et à Kate Winslet (Titanic, Mildred Pierce) en big bad guy girl : Jeanine la leader des Érudits. On a aussi une apparition anecdotique de Mekhi Pfieffer (L’Armée des Morts, 8 Mile) et une plus conséquente de la part de Maggie Q (Nikita, Mission Impossible 3).

Faites vos pronostics sur les morts et survivants !

Faites vos pronostics sur les morts et survivants !

Chez les jeunes on découvre une Shailene Woodley tour à tour adorable, touchante et émouvante. Elle est loin d’avoir le côté badass et dépressif de Katniss Everdeen, et s’avère un tantinet fleur bleue. Tris est une ado ordinaire qui se pose beaucoup de questions quant à son avenir, sa famille et qui se retrouve à faire un choix cornélien beaucoup trop tôt. Les évènements qui vont suivre tendent à densifier le caractère de l’héroïne mais, je suis désolée, je l’ai trouvé un peu fade. Tris est une vraie Mary Sue (personnage fictif qui n’a pas de véritables défauts, qui est donc “parfait” comme Bella de Twilight dont le “seul” défaut c’est qu’elle est un peu maladroite).  Tris est celle qui résout les énigmes, qui en bave un peu mais ne lâche rien. Tout tourne autour d’elle si bien qu’on se fiche complètement des autres protagonistes. Sa romance avec Quatre (oui, oui c’est le nom du mec sur l’affiche) prendra le pas sur sa quête de vérité et viendra créer un cocon confortable dans lequel l’héroïne pourra se réfugier à tous moments. NON ! Je veux qu’elle en chie, qu’elle en bave sa race ! Que tout le monde crève et qu’elle se sente seule et misérable. Qu’elle ait ses règles quand elle porte une jupe blanche ! Qu’elle garde un morceau de salade trois jours entre les dents et qu’elle se fasse mal aux boobies en tombant !

Ah ! On me dit dans l’oreillette, que le personnage de Tris se développe dans le volume 2 et que je vais un peu loin dans mes conneries. Voilà une raison de plus de lire la saga 😉

Une Mary Sue je vous dis !

Une Mary Sue je vous dis !

En bref et pour conclure, je dirais que Divergente est un bon divertissement qui devrait plaire autant aux fans (et il y en avaient dans la salle) de la saga qu’aux néophytes dans mon genre. Je regrette cependant certaines facilités, le creux de la plupart des personnages secondaires et la romance un peu trop appuyée. Mais quand on adapte un roman “jeune adulte” on a forcément une dose de romance mais tout est dans la réalisation. Dans Divergente on a tout de même droit à une des scènes franchement cul cul la praline sur fond de musique dégueulasse signée Junkie XL (300 : la naissance d’un empire) qui en fait toujours trop et nous étouffe de notes alors que l’image est AMPLEMENT suffisante ! Ça manque un peu de subtilité dans la forme mais le fond reste une bonne métaphore de l’horreur qu’est l’adolescence, à quel point il est difficile de se construire à travers une société pour laquelle on ne semble pas être fait. Le lycée de Sunnydale, Panem, Poudlard ou Chicago : où que vous soyez, l’adolescence est un coupe gorge et on est tous obligé d’y passer !

N’hésitez pas à partager votre humble avis en commentaires. Avez-vous lu les livres ? Avez-vous aimez ou pas ? Est-ce que ça ne vous soule pas un peu cette manie de toujours adapter quelque chose à l’écran au lieu de trouver une idée un tant soit peu originale ? Et surtout : qu’avez-vous mangé ce matin ???

Divergente réalisé par Neil Burger. Science-Fiction/Action/Romance. Durée : 2h20

Sortie prévue le 9 Avril 2014

Si tu ne vas pas voir Divergente, la fille de Lenny Kravitz te découpera en rondelles !

Si tu ne vas pas voir Divergente, la fille de Lenny Kravitz te découpera en rondelles !

S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Bob
Bob
1 avril 2014 10:32

C’est vraiment le film qui ne me dit rien de rien… un Hunger Games Bis ? (déjà que j’ai eu du mal avec celui-ci).

Lilith DESPAQUIS
Lilith DESPAQUIS
16 mai 2014 20:32

J’ai bien aimé le début du film avec la présentation du fonctionnement de la société, des factions, des enjeux politiques. Apres ça se prenait trop au sérieux, surtout pour un film d’ado, ça manquait vraiment d’humour quoique la scéne du tatouage m’a bien fait rire mais je ne crois pas que c’était voulu, idem pour la garde lors des combats ^^ Je n’ai pas trouvé que les acteurs ,sans être mauvais, crevaient l’écran par leurs interprétations. Les rôles masculins ne sont pas transcendant. On sent bien que c’est un roman, mais ça donne l’impression qu’il a été coupé à la… Lire la suite »

angel
angel
18 mai 2014 17:39

il y a vraiment plus de détails dans le premier volume.
c’est un peu normal que c’est un peu précipité. déjà que le film dure 2H09.Donc avec tout les détails en plus, il durerai au moins 3H.Mais j’ai bien aimé le film. Mais le roman est meilleur.