• Home »
  • Cinéma »
  • Pourquoi il n’y aura JAMAIS de The Dark Knight Rises à la française

Pourquoi il n’y aura JAMAIS de The Dark Knight Rises à la française

Batman dark knight

Le film The Dark Knight Rises vient de sortir au cinéma et clôt une saga magistrale, celle de Batman, ou du moins « le batman de nolan », comme certains l’appellent. Magistrale dans le sens où jamais film de super-héros n’avait eu une approche si sombre, si torturée, si viscérale de l’être humain

  • Rappelons qu’avant Batman Begins, on a eu Batman & Robin, dont George Clooney a encore plus honte que Thomas Dutronc d’avoir joué dans le film d’Alain Soral, c’est vous dire si Batman & Robin est une merde intergalactique
  • Et l’on se prend à penser à un équivalent français. Dans un rêve éveillé on imagine un film avec un scénario plus que décent, avec des rebondissements, des acteurs crédibles dans leur justesse de jeu..
  • Et là, le bât blesse. Un film comme TDKR, en France, aucune chance. Non seulement ça rime, mais en plus j’ai quelques raisons pour vous l’expliquer :

    • LE CINÉMA FRANÇAIS EST ENFERME DANS DES CASES !

    Autrement dit, soit on a des films comme Polisse (dont je vous démontrerai plus tard les raisons de sa nullité), soit on a des Astérix et Obélix au service de sa majesté, qui même s’il n’est pas encore sorti, est finalement notre équivalent de super héros: Bah oui, le mec il a des pouvoirs surhumains et il vient d’une bande dessinée !
    Ce que je veux dire, c’est que soit on est dans le réel, soit on est dans l’iréel total. Jamais un peu des deux en même temps. On imagine pas Astérix avoir un côté sombre, par contre dans TDKR, il y a des moments de drôlerie. Alors que la vie, c’est pas ça.
    Vous me direz peut-être qu’Astérix est un mauvais exemple. Mais Astérix est un exemple concret de héros de bande dessinée dont la popularité continue d’exister à travers les films. (et peur-être le seul, finalement, quand on voit que Tintin, tout belge qu’il soit a été mis en images par un américain).

    Le cinéma français c’est surtout des films sur le réel.
    Vous les connaissez, de loin, ces films où l’héroïne est une parisienne troublée qui ne sait plus si elle doit coucher avec son amant ou rester avec son copain qui la trompe avec sa mère, et même qu’à un moment on la voit pleurer soit dans sa baignoire/soit sous la douche/soit devant le miroir
    de sa salle de bain ?

    Bah le cinéma français, c’est ça.

    Vous les connaissez ces films de famille où on voit toujours un pique-nique/un repas famillial/diner de noel où des membres de la famille en question ne peuvent pas se voir et où il y a toujours un cousin qui drague une cousine et où il finissent par dire « ah mais je savais pas que tu étais ma cousine » [Dédicace à Francky Vincent]

    Bah le cinéma français, c’est ça.

    On est mal barrés.

    • LES ACTEURS AMÉRICAINS JOUENT MIEUX QUE LES FRANÇAIS.

    L’exemple précis de la trilogie Dark Knight est révélateur. Entre Heath Ledger, monumental joker qui presque un peu mort à cause du rôle en question, Tom Hardy, qui au lieu de ne jouer qu’un bourrin, finit par donner à Bane un certain côté Lord Anglais, on peut dire que oui, les acteurs américains jouent mieux que les français. Et ce depuis toujours !
    A-t-on un homologue francophone de Bruce Willis ? (le premier qui dit Benoit Magimel, je le décapsule)
    A-t-on un Jim Carrey ? Je pourrais continuer encore longtemps ce questionnement non exhaustif des lacunes d’équivalences d’acteurs entre nos deux pays, mais je vais citer un seul et unique contre-exemple: José Garcia, c’est un peu notre Robert Downey Jr. (mais juste physiquement, et pas quand il joue Serge Benamou dans La vérité si je mens)

    Les acteurs américains jouent mieux parce qu’il y a une chose qu’ici en France on ne connait pas trop: l’implication. Etre dans un rôle 24h/24. Devenir celui que l’on joue. On entend souvent ça dans les making-of. Des phrases du genre: « quand Jim (carrey) a obtenu le rôle d’Andy Kaufmann, c’est comme si je revoyais Andy devant moi »… On a tous entendu ce genre de phrases ! enfin pour peu que l’on tienne devant les making-of toujours un peu suce-boules, mais quand il s’agit du Seigneur des anneaux ou même Matrix, ils ont le droit.

    Autre exemple de jeu d’acteur effroyablement efficace: les personnages de Sacha Baron Cohen (Hormis Ali G). Borat, Bruno et Aladdeen sont devenus des personnages que SBC a fait exister en dehors du cadre de la caméra. Et je pense qu’aucun acteur français n’a jamais fait et ne fera jamais ça.

    L’implication dont je parle, c’est aussi de l’immersion. Immersion dont certains se sentent(aient) exempts.. Je n’aurais qu’à citer cette phrase de Michel Serrault : « Pour jouer un fou, Robert De Niro passe quinze jours dans un hopital psychiatrique, moi j’en ai pas besoin »

    Pour en revenir à TDKR, la plupart des critiques, qu’elles soient bonnes ou mauvaises disent que Marion Cotillard joue mal.
    Donc Ouais, ils jouent mieux que nos acteurs.

    • LES ACTEURS FRANÇAIS JOUENT MOINS BIEN QUE LES AMÉRICAINS.

    Point qui ressemble un peu au précédent, Ouais, je sais, mais on a tellement des acteurs de merde qu’en plus d’expliquer pourquoi les ricains sont mieux, fallait aussi que je dise que les français sont craignoss.
    Bref, imaginons qu’un film comme ça se fasse. Oui Imaginons. Qui mettre dans la distribution ?
    Parce qu’un problème se pose: en France, un film sans têtes d’affiches a toute ses chances pour être un succès, mais aura des difficultés à se monter. A l’inverse, le dernier film de Christian Clavier avec Muriel Robin, Jean Réno et je-sais-plus-qui-mais-on-s’en-fout n’est pas à l’abri de faire un bide, mais m’est avis que la prod n’a pas eu de problèmes pour que le film se fasse. Le problème finalement c’est qu’on est dans une sorte de fonctionnariat des acteurs: Franck Dubosc (même s’il nest pas vraiment-vraiment acteur) jouera TOUJOURS LE MEME ROLE, il suffit de voir Bienvenue à Bord, Camping, et incognito, et plein d’autres.

    Et là je sais ce que vous allez dire.
    « Oui mais c’est pas pareeeeeeeil, Dubosc c’est pas un acteur, c’est un humoriste !  »

    Et Robin Williams, il a commencé en tant que gardien de parking peut-être ?

    Des acteurs qui se remettent en cause, qui doutent, qui se remettent en question, en France on en a pas des masses. Un réalisateur avait proposé à Alain Delon (pas n’importe qui, vous en conviendrez) un rôle dans son film à la condition expresse que Delon se rase la tête pour camper le personnage. Alain Delon a refusé. N’est pas Bryan Cranston qui veut.

    J’ai malgré tout en tête un acteur qui a été parfait dans un rôle: Eric Elmosnino dans Gainsbourg, vie héroïque. Génial acteur. né pour jouer ce rôle !
    Le problème c’est qu’après le film… Bah moi quand je le voyais, je me disais « ah putain y’a Gainsbourg »

    Au finish, on a en France des acteurs un peu figés dans la cire d’un musée grévin construit durant les 30 glorieuses, et on arrive pas trop à en sortir.
    Mais le jour viendra où on aura un Edward Norton français.
    Mais pour l’instant on a Gaspard Ulliel.

    • LES SCÉNARISTES ? ON S’EN BRANLE.

    Oui ici en France, les scénaristes on s’en branle. La preuve: Vous les connaissez vous, les scénaristes de Louis la Brocante ?
    Non ? Bah heureusement. Par contre, J.J. Abrams, Damon Lindelof, Joss Whedon, Vince Gilligan… là, ça vous parle, n’est-ce pas ?

    J’aurais très bien pu faire un article qui se serait intitulé « Pourquoi il n’y aura JAMAIS DE Lost/24/Game of thrones/dexter/breaking bad/house/misfit /skins  » j’y aurai dit plus ou moins les mêmes choses, mais la télé, c’est encore assez différent du cinéma.
    Donc non, il n’y a pas de scénaristes dont l’oeuvre est assez inoubliable pour que la simple mention de leur nom fasse tilte dans nos neurones de spectateurs de « Joséphine Ange gardien »
    Et je clôturerai ce point assez rapidement vu que tout comme vous, aucun nom de scénariste français ne me vient.

    • TU VEUX DEVENIR RÉALISATEUR ? ALORS IL FAUT QUE TU SOIES RÉALISATEUR.

    Ce mignon paradoxe capillo-tracté m’a été narré par une personne dont je tairai le nom, mais qui est réalisateur pour la télé, il réalise une émission assez regardée, et il projette de faire du long métrage. On lui a expliqué gentiment que toutes ses réalisations pour la télé, c’est bien gentil, mais qu’il pouvait les rouler en boule et se les mettre là où il était possible de se l’enfiler parceque ça n’avait aucune légitimité pour travailler en tant que réalisateur au cinéma,
    et qu’il devait réaliser un court-métrage d’abord. Un peu comme ces diplômes québécois qui n’ont aucune valeur pour les instances universitaires françaises, vous voyez ?

    Bah voilà. Evidemment, je ne dis pas qu’il ne faut pas faire ses preuves. Mais cela démontre une certaine antipathie des milieux entre eux.
    Quoi qu’il en soit, ça prend du temps de faire tout ça, donc on finit par avoir des réalisateurs déjà du milieu, et certainement pas enclins à vouloir surprendre, tout installés qu’ils sont dans un système déjà assez sclérosé comme ça.
    Donc si tu voulais réaliser le film de ta vie, mec prépare toi, parceque tu vas devoir réaliser plein de trucs d’abord. (Petit Aparté, c’est quand même formidable ça, c’est comme si on devait faire un enfant « brouillon » avant de faire l’enfant qu’il faut, celui qui sera « le bon »)

    • IL FAUT RÉPONDRE AU CAHIER DES CHARGES.

    Le cahier des charges c’est les quotas. Le cahier des charges, c’est représenter les minorités dans le casting. Minorité qui se fera tuer à un moment, ou minorité « ressort comique » le syndrome Eddie Murphy. Bon ça c’est effectivement un cahier des charges américain. En France, il faudra (parfois) des jeunes de banlieue. Pas dans un film en costumes, encore que. Le cahier des charges c’est aussi des prérogatives de studio qui demandent:

  • pas d’armes
  • pas de gros mots
  • pas d’allusions à certains faits historiques et j’en passe
  • Inutile de dire que le cahier des charges n’autorise que très peu la possibilité de subversion…
    Et quand on répond au cahier des charges, c’est déjà qu’on a des producteurs… Mais !

    • LES PRODUCTEURS FRANÇAIS SONT FRILEUX. ET QUAND JE DIS FRILEUX, J’INSINUE QU’ILS N’ONT PAS DE COUILLES.

    Oui les producteurs français n’ont pas de couilles.
    Mais certains ne cherchent qu’à faire de l’argent. Les producteurs de Coco sont rentrés dans leurs frais alors que les spectateurs sont rentrés dépités.

    Et voici enfin le cercle vicieux et infernal de l’impossibilité de sortir un TDKR chez nous:

    •  Des talentueux scénaristes viennent de pondre le scénar de ouf dont ils avaient rêvé depuis des siècles
    •  Ils vont voir des producteurs, ça ne plait pas aux producteurs à moins que le scénario ne soit retravaillé pour répondre au cahier des charges
    •  Retravailler le scénario revient à changer les scènes et retravailler la cohérence du récit, donc pouf le scénar perd un bras
    •   Les Producteurs vont faire appel à un réal qu’ils connaissent, un de ces exécutants dont je parlais tout à l’heure
    •  Après tout ça, on pourrait se dire que le film est sauvé, mais il reste encore la censure ! Et oui, le cahier des charges est appliqué deux fois
      (au cas où ils auraient laissé passer un truc à leur insu)
    •  Le film sort. Les critiques sont mauvaises parceque le film n’a pas fait ce sur quoi on l’attendait (et pourtant le scénario de départ annonçait une bombe, et ne comportait pas les lacunes que les différents intermédiaires ont creusé soit en rajoutant ou en enlevant des choses

    Et ma conclusion sera celle-ci:
    Tant que le cinéma passera par des tonnes d’intermédiaires qui prendront pouvoir sur l’œuvre de l’auteur, un TDKR français est impossible.
    Christopher Nolan a su garder les manettes de son œuvre du début jusqu’à la fin.
    Et il semble qu’en France, il est rare qu’on puisse autant garder le contrôle à ce point.

    Voilà.
    Voilà pourquoi je pense qu’on n’aura JAMAIS d’équivalent de Dark Knight Rises chez nous.

    Mais ça, ça n’est que mon Humble avis 😉

    Il y a 32 Commentaires.

    1. Sacré coup de gueule!

      Moi j’ai juste remarqué quelque chose surtout: des qu’un réalisateur est bon, il embauche des acteurs américains, et dés qu’un acteur Français est bon, il joue dans des films américains!

    2. Euh, t’oublie les producteurs américains qui ont tout pouvoir sur le scénar non ? Il y a quelques réalisateurs d’exceptions qui arrivent à faire ce qu’ils veulent, mais ce n’est pas le cas de la majorité.
      Et parlons en des scénars : Batman quoi. J’adore hein. Mais Batman, c’est pas original, ça existe depuis 1939. C’est pas ce que j’appelle un scénario original…
      Après, je pense comme toi que la production et les acteurs français sont moisis sauf exception (Dujardin, Cassel…) mais les dites exceptions essayent du coup de tourner dans des films américains donc…

      Enfin n’oublions pas que la majorité des films ricains sont de la grosse soupe destiné à un public pouvant avoir moins de douze an. Repensons par exemple à la nouvelle trilogie de Starwars qui m’a donné envie à mainte reprise de m’arracher les yeux.

    3. Un poil réducteur…pas l’analyse qui est bonne mais plutôt dans la capacité du ciné à sortir de temps en temps des perles…simplement les perles en question ne proviennent pas du bobo parigo pote et subventionné par des aides de fonctionnaires et élus sans aucun talent!!!

    4. Je partage clairement ton avis. Je suis un immense fan de Nolan et c’est totalement mon style de film.
      Je débute également mes études dans le cinéma afin de devenir réalisateur. Malheureusement, je sais depuis des années que je n’ai aucun avenir en France si je ne compte pas faire un Camping 3, Les petits mouchoirs 2, etc. Le cinéma français reste basé sur ses acquis et n’évolue pas comme tu le dis si bien dans ton article.
      D’ici 2 générations, l’évolution se fera peut-être d’elle-même, quand il n’y aura plus personne pour avaler la même soupe que l’on sert depuis des lustres.

    5. lolilol
      15:41 29 juillet 2012

      Le cinéma français ne s’arrête pas à Astérix,Camping, Jean Réno et Alain Delon. C’est, soit de l’ignorance, soit de la malhonnêteté intellectuelle. Bien que le cinéma français soit actuellement en crise (et pour une bonne part à cause de la primauté du scénario : se renseigner sur les dispositifs de subvention ferait du bien à l’auteur), je ne partage absolument pas une analyse assez bête. Si en France, on ne fait pas de Dark Knight (outre les possibilités financières bien moins importantes en Europe), c’est parce que ce sont aussi des thématiques, une culture et vision du monde complètement différente qu’ici, en Europe. Oui, je parle d’Europe. Parce que le cinéma français n’est pas un cinéma isolé. Puis, c’est marrant, mais les réalisateurs américains les plus reconnus actuellement citent leurs références où ça ? Dans le cinéma français. Et ouais,avant d’écrire de la merde, faut se renseigner.

    6. GaneshDeux
      15:44 29 juillet 2012

      Moi je parle de cinéma français POPULAIRE. The dark knight rises, c’est en même temps un truc de niche ET un truc populaire. Et puis les réalisateurs américains reconnus, ils citent Godard, Renoir, Verneuil. Houlala, c’est pas récent tout ça dis-moi…

    7. lolilol
      19:47 29 juillet 2012

      Si tu parles de cinéma français « populaire », alors précise-le dans ton article, ce que tu ne fais pas. A moins que tu ne considères que le cinéma autre que « populaire » n’est pas digne de ton analyse. D’ailleurs, ça veut dire quoi « populaire » ?
      Le seul point où je rejoins ton idée, c’est au niveau de la frilosité des producteurs : il n’y a qu’à voir la production de films fantastiques et d’horreur actuelles pour s’en faire une idée, seul le Martyrs de Laugier est digne d’intérêt …

      Je maintiens d’autre part que tu devrais au moins parler des conditions de financements des films, ne serait-ce que par honnêteté, quitte à défendre un point de vue libéraliste.

    8. En même temps ce n’est pas bien grave si on n’a pas de Jim Carrey en France ? Si ?
      Par contre 100% d’accord avec toi pour Edward Norton !
      Et en acteurs français que j’apprécie, là tout de suite, je dirais Pascal Elbé, Simon Abkarian,…

    9. Sincèrement ta critique du cinéma est très réaliste et très intéressante. Mais ce que je retiens surtout c’est qu’on trouve des choses intéressantes de chaque côté de la barrière.
      Et franchement quand tu prends des exemples comme les séries que tu as cité ou les batman, c’est clair qu’on est sur des choses exceptionnelles. Après en France, on fait des trucs très sympa, comme le coeur des hommes, le premier jour du reste de ta vie, mais les acteurs ne sont pas habités par des rôles, mais bien par des styles et quand tu arrives à lier le bonne acteur, à la bonne histoire et au bon réalisateur tu as un film poignant. Le problème c’est que c’est rarement le cas… Donc on a du gros navet 😀

    10. je trouve que votre critique de la cinéma française est un peut dur et ça va pas aider à avancer. je préfère si vous parlez des cotés positifs et comment pourrons améliorer les points négatifs pour atteindre le niveau que nous espérons un jour.

    11. Je ne suis pas du tout d’accord, le marsupilami,c’est un vrai chef d’oeuvre! LOL! Bon plus sérieusement, c’est un peu dur mais quand même assez vrai ce que tu dis, on pourra dire que le cinéma français est fort pour faire des films intimistes avec peu de moyens, après pour des blockbuster faut oublier 😉

    12. Je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Les français ont de très bon acteurs et font surtout de très très bon film! Batman j’ai pas aimé. C’est de la dobe!

    13. Les films français ne sont pas si mauvais que ça. Chacun ses goûts, mais il me semble que vous noircissez un peu le tableau…, mais ça n’engage que moi…

    14. Je suis mitigé. Il y a des films français très bons, même si je ne suis pas un expert. Par exemple, Anthony Zimmer a été repris par les américains, et je trouve la version française meilleure ! Même chose pour un film comique : le diner de cons. C’est pas parce que ça vient des USA que c’est mieux. Bon cela dit, c’est vrai qu’ils ont de bons acteurs et surtout un réservoir magique d’acteurs et de fric.

    15. Je crois que les cinéastes français sont trop enfermés dans leur routine: comédie, drame un peu bizarre. Certains films sont vraiment biens mais aux États-Unis ils ont une culture du grandiose qui fait qu’ils ne s’empêchent rien. Comme dit Staud, ce n’est pas parce-que ça vient de là que c’est mieux, il y a de vraies daubes américaines mais on peut en tout cas toujours s’attendre à quelque chose de grand

    16. Heureusement qu’il y a des gens comme Lub Besson qui remontent le niveau de temps en temps, je suis certain que la France est un véritable viver de talent, mais l’industrie musicale et cinématographique est une telle mafia organisée qu’il est impossible pour des jeunes talents de percer dans ce milieu, mais ne vous inquiétez pas car internet va bientôt bouleverser la donne…

    17. Je suis d’accord avec toi, mais je pense qu’au fond, le cinéma français et américain sont incomparables, ne serait-ce qu’au niveau du financement. Mais comme l’a si bien résumé un ami américain, « les films français, c’est des histoires de divorce filmés dans des super apparts parisiens, avec une scène de repas au milieu ». Tout est dit 🙂

    18. Ouch, c’est rude. Pas tout à fait d’accord sur les acteurs, je pense qu’on en a de très bon aussi en France (Cassel, Dujardin,…). Par contre, sur le cinéma américain, je serai un peu plus rude que toi car pour un TDKR, combien de film ultra formaté pour ado sortent dans la même année….

    19. Je ne suis pas du tout d’accord. D’abord la première des analyse peut se faire poliment sans insultes et vulgarité car ça ne rend pas plus crédible cette analyse. Ensuite il n’y a pas de comparaison entre une puissance comme les USA qui ont des Majors et dépensenst 150 M€ pour un Batman avec une sortie Mondiale et la majorité des films Français à 5 M€ qui ont souvent un autre cahier des charges et une diffusion à l’échelle de notre Etat.

      Ensuite le cinéma Américain est une Industrie et fait ce qui rapporte, ce n’est pas prendre de risques avec tant d’argent que de faire un Pirates des Caraïbes 4 par contre tourner The Artist, Polise ou De rouille et d’Os, ça ce sont des risques pour le cinéma d’auteur.

      Ce n’est qu’un point de vue mais je n’aime pas les généralités sur un cinéma qui date de 1896 et qui a montré tant de choses depuis sa création.

    20. N’oublions pas, que la nouvelle vague du cinéma français des années 60 avec François Truffaut, Louis Malle, Jacques Tati,Godard ont énormément inspirés les grands réalisateurs américains comme Spielberg, Kubrick, Coppola et bien d’autres. Le potentiel artistique est là. Nous sommes peut être plus créatif dans le cinéma d’auteur. Prenez l’exemple des courts métrages. J’en ai vu de fabuleux, vraiment. Une pépinière de talents se trouve là juste devant nos yeux. Nous ne possédons pas de gros budget comme à Hollywood mise à part Besson peut être et pour ma part ce n’est absolument pas grave. On se démarque et c’est tant mieux.

    21. Oui Frédérique tu as tout dit. C’est pas compliqué de faire un film quand on a de l’argent à perte de vue. Ca l’est beaucoup plus quand on en a peu et le cinéma Français a toujours privilégié le scénario aux effets spéciaux. Bien sur il existe des mauvais films comme dans tout Pays mais le potentiel de créativité a bousculé les Américains. Aux oscars, Spielberg a avoué qu’aucun réal Américain aurait eu le courage de tourner The Artist, l’hommage à leur propre cinéma.

    22. Il m’a tellement fait marrer ce film. D’un côté en France on avait quand même Luc Besson et son 5eme element

    23. C’est sûr qu’on ne peut pas comparer. La culture, les financements, le vivier d’acteurs / réalisateurs ne sont pas comparables. Il y a du bon dans chacun des cinémas… En même temps, on peut aussi remarquer que les frontières ne sont plus si étanches : des acteurs français jouant dans des films américains, des films français avec des acteurs américains (Largo Winch, the artist, etc.). Je pense que c’est une bonne chose !

    24. Tellement vrai…

      Ce qui m’exaspère le plus quand je regarde un film français, c’est qu’à de rares exceptions près, je trouve toujours qu’un simple second rôle dans une série US est mieux joué qu’un premier rôle dans un film Fr…
      Un désastre.

      Pourquoi ? Je pense que c’est culturel… Même lorsqu’ils sont interviewés dans la rue, les américains ont l’air de jouer. Ils ont ça en eux, cette absence de malaise à l’idée d’être montré.. Je pense.

    25. Il y a quand même eau de bon gros navets de l’autre coté de l’Atlantique, faut pas exagérer. Et puis avons nous envie de voir en France des super productions, remplies de clichés, et renier tout notre histoire et notre culture ? Pas moi.

    26. Je me permets de m’indigner, Tom Hardy, Christian Bale et Jim Carrey (pour ne citer qu’eux), ne sont pas américains, ils sont respectivement Anglais, Gallois et Canadien.

    27. Un cinéma de niche à 500 millions ? Euh oui okay…. Batman n’a jamais été une série à niche. Je sais qu’il y a souvent qu’une nouvelle génération sur le net (et sans jouer les vieux cons) mais la batmania a commencé en 1989. Tout le monde se baladait en France avec des casquettes, des stickers et autres trucs super tendance à l’époque. 1989… un autre monde. Donc, quand Warner propose la franchise à Nolan, il a carte blanche après les deux bons gros bides. En partant de là, c’est cool. Mais c’est une exception. Les producteurs sont derrière et nous font souvent des films totalement stéréotypés. Et les comédies américaines, ces temps-ci, ne tournent qu’autour du cul, du comique gras, du cul, du comique gras, du cul,…

      Après concernant les films français. Ben y avait bien un Besson qui a fait, durant toutes les années 80, des films différents. Subway ou Nikita pour ne nommer que ceux-là. Nikita d’ailleurs encore une fois repris par les Etats-Unis pour une nouvelle série, tellement la France est nulle, après un premier remake totalement foireux.

      Si les français sont obligés de s’expatrier, ce n’est pas parce que le marché français est frileux ou autre. C’est qu’il n’existe pas surtout. Tu dépense pas en france 14/20 millions d’euros pour un film d’action/thriller/film noir/horreur. Tu ne peux pas l’amortir si tu le tourne en france parce qu’il est hors de question de voir des acteurs doublés aux US. Alors que tu n’as que le marché francophone qui n’est pas énorme, énorme… Donc si tu veux amortir ton film, soit tu fais une bonne grosse comédie qui rapporte, soit tu fais ton film d’auteur parce que t’as toutes les salles de ciné arts et essais qui te suivent. Et qui prennent ton film. Si tu ne fais pas ça, tu prends ton four. Et tu mets la clé sous la porte.

      Ensuite trouver que les acteurs jouent bien. Ca me rappelle la prise de tête avec un pote sur Bale. Moi un mec qui joue avec sa santé, c’est bien, ça fait hyper actor studio et depuis Dustin Hoffman, c’est devenu la règle aux US. En clair, on demande plus au mec de « jouer la comédie » mais « d’être » tout simplement le personnage. Avec tout ce que ça comporte aussi comme approximation mais tant que le public n’y voit que du feu…. Je vois pas vraiment ça comme une preuve de supériorité. S’il faut passer 6 mois avec des flics pour être un flic sans être capable de lire, voir et entendre ce qui se passe autour de soi en 3 jours de documentation, je sais pas, je vais pas hurler au génie… Alors après, oui, il y a Ledger. M’enfin, Le Joker merde, t’as tellement de versions différentes du personnage dans la BD et les autres films/séries qu’il fallait juste prendre le risque. Et on en revient à la Warner qui a laissé carte blanche à Nolan pour le premier. juste ça. Donc okay les acteurs US ont une autre façon de jouer que celle des français et des européens. Mais de là à ne pas voir qu’ils nous réservent souvent la même soupe….

      Quant à nos acteurs français : il y a un problème de génération. Les Roschdy Zem, Vincent Cassel et cie commencent à devenir vieux et on ne laisse pas beaucoup de chance à une nouvelle. Mais c’est le problème franco-français : manque de place, beaucoup de monde, frilosité d’un public à se déplacer pour voir du film de genre et manque de moyen.

      Alors après oui, ça manque de scénaristes ça je suis d’accord, mais ça manque pas de réalisateur par contre. On a une génération capable de faire le lien entre les deux pays. Mais toujours pareil, manque de moyen. Un type comme Laugier va tourné au Canada parce que ses projets sont ambitieux (bon il ya aussi pas mal d’autres choses le concernant). Siri, Richet et Aja, pour ne citer qu’eux, vont également aux US pour les mêmes raisons qu’évoquées plus haut : il y a pas assez de public en France pour leurs films. Parce que même les français amateurs de films de genre ne jurent que par les films US, donc il y a que des films US.

      Ah sinon, HK, Le Japon et La Corée adorent le ciné français. Je dis ça, je dis rien…

    28. On peut quand même espérer qu’un jour cela change ? Non.
      En tout cas, sur le fond, pour le moment, je suis d’accord. Le cinéma français peine par rapport à la machine Hollywoodienne. Même si Luc Besson fait tout pour que ça arrive en France aussi.

    29. Ah oui, oui, on peut. Enfin, si c’est utile. Je m’explique. On parle de film américains, mais est-ce qu’ils sont encore américains ? Il n’y a qu’à voir le casting du dernier Batman pour s’interroger là dessus. Sans compter l’accent translatlantique que les acteurs aux US prennent pour taper le marché international. Les Harrison Ford and co, avec leur super accent à couper au couteau, auraient difficilement leur place. Mettre en avant la nationalité a peut-être moins d’intéret aujourd’hui, parce que le marché est réellement devenu mondial.

      Je me souviens d’une ITW de De Palma lors de la promotion de son Redacted qui a couté 5 millions de dollars et qui était déjà rentré dans ses frais avant même sa sortie en salle rien qu’en achat pour l’acquisition du film et les diffusions télé. Ca laisse rêveur. (d’ailleurs pour ça aussi que le film français d’auteur s’exporte bien, il y a un marché pour lui, moins vaste mais présent. Et si vous faites un tour sur les blogs anglophones, être geek aux US voire ailleurs dans le monde, c’est aimer les films français d’auteur… marrant).

      Après je salue le courage d’un Besson, qui s’est fait démonter par la critique pendant des années en France. Et ça continue d’ailleurs (bon juste à titre quand même, la plupart des films produits sont vraiment pas terrible techniquement et on a un aspect bien cheap). Si le mec était pas un amoureux de son pays, ça fait bien longtemps qu’il serait parti. Et s’il plait aussi aux américains, c’est parce qu’il aime son pays. Important ça. Mais après, faut il qu’on fasse une opposition Français contre Américain, je me pose la question.
      C’est un peu comme en Basket, tu vas jouer dans le meilleur championnat du monde, et le meilleur c’est l’américain. Si demain, c’est européen, comme en foot, tous les basketteurs US iront en Europe.

      Si on a du retard, c’est qu’on a mis un temps fou à s’intéresser au film de genre en France, je pense. Et ça, la génération actuelle est en train de rattraper ce retard. On se dit que les zombies c’est cool. Que les films de SF aussi et qu’on peut aussi avoir des choses à dire. Sans compter que l’écriture des scenar est beaucoup plus anglo saxonne que par le passé. Les faits, juste les faits. Ca aussi, ça change.

      Donc il y a un bon espoir que dans les 10 prochaines années, on commence à sortir du bois. Si le contexte eco le permettait. Ce qui n’est pas le cas. Dur de miser sur du film de genre et quand je vois le crowdfunding dans notre pays, je me dis que c’est pas pour demain. La plupart du temps, on mise sur du film d’auteur mais pas forcément de genre. Fin bref, je parle beaucoup beaucoup trop 😀

    30. Comment je l’ai detesté ce film… une horreur et puis la prestation de cotillon n’en parlons même pas…

    31. « L’argent toujours l’argent »
      C’est tout simplement le manque de financement des films en france qui pose pour problèmes. Regardez le budget de ce batman!

    32. Certes une réunion de talents comme celle de Batman notamment le couple Nolan/Bayle serait très difficile à trouver en France. Pays plus petit, moins de moyens, bref, pas beaucoup de chances de faire aussi bien. Mais il y a quand même des grandes réussites dans un style propre au cinéma français. Les garçons et Guillaume à table par exemple est un véritable OVNI dans le genre non ?

    Laisse ton humble avis

    *