Les chroniques de JayeR : Ma pire expérience chez Quick

Les chroniques de JayeR : Ma pire expérience chez Quick

Il y a des jours où j’ai de mauvaises idées et quand celle-ci arrive c’est un enchainement d’emmerdes qui me tombe sur le coin de la gueule. C’était jeudi dernier, je sortais d’une présentation professionnelle et avec le stress plus la nuit tombée, j’avais une sacrée dalle. Il ne me restait que deux choix, ma fatigue chronique n'aidant pas du tout: Trouver un McDo je ne sais où (je suis une grosse merde car j’aurai pu en trouver un facilement si j’avais été moins crevé), ou aller au Quick juste en face du bureau…

Forcément de base je suis plus McDo… mais la fatigue alliée à la flemme et la faim m’a fait aller au Quick de la gare Saint-Lazare (ouais je balance !) pour une expérience que je n’oublierai pas.

21h54 – Un Quick près d’une gare…vide ?

Je rentre dans le restaurant, très peu de personnes à la queue, trois serveurs… cool, je ne vais pas attendre longtemps.

21h55 – Un serveur louche

Je commence à faire ma commande quand je remarque que le serveur (assez jeune) n’écoute pas très bien ce que je lui demande. Il me fait répéter une fois, deux fois, à la troisième je lui montre même les sandwichs sur les panneaux. Était-il drogué  ou endormi je ne sais pas mais je n’en n’avais pas fini d’en découdre avec lui.

Les chroniques de JayeR : Ma pire expérience chez Quick #2

22h00 – Suspicions…

Malgré le vide intersidérale qui régnait autour de moi dans le restaurant ma commande mettait un sacré bout de temps à venir. Le serveur me dit qu’il n’y avait pas les sandwichs que j’avais commandé de prêt (soit !). Deux personnes passent après moi, trois, presque autant sur la caisse d’à coté ou une jeune femme semblait assez mal en point elle aussi sur la livraison de ses commandes.

22h07 – Début du drame

Ma commande arrive enfin mais le serveur ne m’a pas rendu ma monnaie, je lui demande donc de le faire. Bien évidemment, comme les choses ne sont jamais simples et qu’il avait refermé son tiroir, il est obligé d’appeler son manager pour l’ouvrir avec un soupir disant “fait chier” (j’ignore la chose, je m’en fou…).
Le manager arrive (qui soit dit en passant en avait rien à foutre de son restaurant et ne semblait pas comprendre qu’un truc allait lui tomber sur la tronche), ouvre le tiroir caisse, laisse le jeune me rendre ma monnaie et se barre.

Pas de bol, le jeune s’est trompé sur la monnaie (de 10€ quand même !). Je l’entends dire “il va me défoncer”… Il appelle son manager qui légèrement échauffé lui dit qu’il faut qu’il arrête ses conneries et qu’il se réveille (on est d’accord).

22h12 – Oh putain… de WTF

Je m’apprête à quitter le comptoir quand je vois la serveuse d’à coté qui tousse. Et là c’est le drame… pas de main devant la bouche et je vois un magnifique glaviot tomber dans les frittes qu’elle servait. La cliente n’a pas relevée, s’apprête à prendre son plateau et malheureusement pour ma poire il a fallu que je la ramène (d’habitude je m’en fou mais là je n’ai pas pu tellement c’était visible).

Les chroniques de JayeR : Ma pire expérience chez Quick #322h15 – Tu me saoules !

Je dis (très poliment) à la serveuse qu’elle devrait changer les frittes car c’est dégueulasse et qu’elle devrait mettre les mains (ou l’intérieur du coude) devant sa bouche quand elle tousse. La cliente percute, demande à changer ses frittes et… rebelote la serveuse re-tousse (genre toux bien grasse ; je précise : sans le faire exprès) et toujours sans se protéger le visage.
Ni une ni deux, la cliente bien chaude refait la remarque et malheureusement la serveuse devait être également très fatiguée (en plus d’être malade et d’avoir le sang chaud) pour annoncer bien haut : “Vas-y tu me saoules !”.

22h17 – Le Manager entre en scène

La cliente s’exaspère et hurle à l’indignation, le manager arrive et lui dit de venir la voir. Pas de bol, elle tousse encore bien comme il ne faut pas devant son manager et la petite dizaine de clients qui attendaient et regardaient la scène.

S’en suit bien évidemment une belle engueulade avec la serveuse qui se barre et le manager qui demande à mon serveur (l’endormi/drogué) de la remplacer.

22h22 – Bis repetita

Je m’en vais rapidement, la cliente en colère aussi… quand je la vois s’arrêter à la porte du restaurant en râlant “Putain, ma monnaie… !”.

NB : Bien évidemment ces faits sont exceptionnels et je n’ai absolument rien contre les restaurants Quick (le Giant était d’ailleurs très bon et le Cheese bio… intéressant).

  • Les chroniques de JayeR : Ma pire expérience chez Quick #4