Les chroniques de JayeR : Les grosses qui crachent à l’école…

Voilà le récit d’une histoire choquante… Une histoire VRAIE… que l’on m’a raconté par SMS (Jojo si tu nous lit).
En raison du caractère ignoble et malsain de cet article, je vous demanderai de le lire jusqu’au bout par respect envers la personne a qui cette histoire est arrivée.

Certains le savent, je suis un papa (ouais ! ) et c’est la 1ère année d’école de mon fils. Franchement, avec tout ce qu’on lit et voit à la TV, comment ne peut-on pas imaginer des histoires horribles arrivant à ses enfants ? Bref, la paranoïa s’empare de vous, vous imaginez tout et n’importe quoi…

grosse-ecole-prof-moche

On a tous pensé à une maitresse horrible, pas que physiquement mais aussi intellectuellement voir psychologiquement déficiente (rigolez, on a tous eu une prof un peu chtarbée !)

grosse-ecole-prof-moche-mechante

Qui n’a jamais imaginé une maitresse ayan

enfant-morve-crache

Forcément au moindre cas de maltraitance d’un enfant dans une école, les journalistes rappliquent, et déterrent des trucs encore plus invraisemblable (genre le prof est un ancien pédophile triple récidiviste sortit au bout d’un an pour bonne conduite…. bah putain !!!)

femme-crache

Même si ce sont des cas extrêmes, il ne faut pas oublier que les profs sont avant tout des humains et malheureusement ils leurs arrivent aussi de péter un câble !

maitresse-qui-crache

Bon c’est quoi ce délire paranoïaque me direz-vous ?

Et bien en réalité, il s’agit d’une conversation partie d’une coquille liée au correcteur orthographique de mon téléphone et un pote est parti en sucette :

sms-gs3-correction-orthographique-fail

 

Les derniers articles par jayer (tout voir)
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Lord Batair
Lord Batair
14 janvier 2013 7:05

Aie aie quand on en arrive à baser un article sur un sms de Jojo la prochaine étape c’est de faire un article sur Depardieu, et là….

Muskox
Muskox
14 janvier 2013 10:40

Et dire que je n’y suis pour (presque) rien…