Xanadu, histoires de famille autour de l'industrie du porno

Xanadu, histoires de famille autour de l'industrie du porno

Parce que je m’intéresse au marché de la pornographie et à ses tendances (parodie, super production etc…) j’ai eu la chance d’être invité à l’avant première de Xanadu.

Xanadu est la nouvelle série produite par Arte et réalisée par PodZ qui fait beaucoup de bruit en ce moment car elle s’immisce dans l’univers de la pornographie. Mais avant de parlé de cul c’est avant tout l’histoire d’une famille éclatée dont le patriarche Alex Valadine (Jean-Baptiste Malartre) a monté un empire du film X. Renfermé, intraitable, sévère… Alex ne semble pas être le père de famille idéale et pourtant il le fut à une époque avant que sa femme (ex-actrice porno) ne disparaisse dans des circonstances encore inexpliquées. Depuis, Xanadu, l’empire de la famille Valadine, n’a cessé de perdre des parts de marché et les enfants eux, ont fait leur bout de chemin…

Laurent Valadine (Julien Boisselier) le fils ainé, travaille avec son père dans l’espoir de reprendre les rennes de l’entreprise. Sarah Valadine (Nathalie Blanc) la sœur, s’est exilée au canada pendant des années, accusant son père du meurtre de sa mère elle revient en France sans explications… Lapo Valadine (Swann Arlaud) le jeune frère semble avoir été plus ou moins traumatisé par toute cette ambiance, réalisateur de porno artistique en vogue, il semble déconnecté de la réalité.

Vous l’aurez on a ici à faire à une famille complètement barrée (et encore je ne vous ai pas parlé des petits enfants avec leurs problèmes d’ados), éclatée qui n’arrive pas à communiquer et qui doit faire face à la future faillite de l’entreprise familiale.

L’industrie du porno au cœur du sujet…

Le porno est un sujet comme un autre mais il a la particularité d’avoir ses périodes (comme le disco) et d’être vecteur de tendances sur de nombreux thèmes (c’est grâce au porno que la VHS a émergée face à la BetaCam). Mais c’est surtout un marché en pleine transformation où le fait de regarder une scène de cul sur internet n’est plus taboo mai aussi un marché sur le fil du rasoir où les consommateurs n’achètent plus de long métrage mais consommes des scènettes qui vont directement à l’essentiel : le cul (on appelle cela le “Gonzo”).

Xanadu, histoires de famille autour de l'industrie du porno #2

On ne va pas se mentir, un porno c’est 99% du temps pour une bonne branlette mais quid des acteurs quand on leur demande de baisser directement sans jouer ? Cela vous fera peut être sourire, mais acteur porno est un vrai métier, et quand on parle de jouer une scène et de réaliser celle-ci il ne s’agit pas que de “trois pétasses sur un canapé et un mec monté comme un cheval” (phrase du film). Il y a une mise en scène, des expressions etc… Tout cela est traité dans Xanadu au travers des réalisateurs et des acteurs (dans la série) : on voit leur quotidien, on voit les difficultés et c’est ça qui rend le film intéressant.

De très bon acteurs pour des personnages taillés sur mesure

Même s’il ne s’agit pas d’un “documentaire” on sent qu’il y a eu beaucoup de recherches autour des évolution de la consommation et de la réalisation. Les acteurs sont très bons et très crédibles. Pour les acteurs “porno” il s’agit de vrai acteurs qui ont été castés (comme des acteurs traditionnels). A ce titre je mettrai en avant la performance de Phil Hollyday qui outre le fait qu’il ai été acteur pornographique nous montre ici des vraies qualités d’acteurs “classiques” et laisse transparaitre parfaitement les émotions de son personnage (branleur beau gosse, père de famille…).

Autre acteur qui mérite des éloges : Swann Arlaud qui on doit l’admettre joue un rôle atypique de réalisateur porno je-m’en-foutiste (que je soupçonne d’être sous exta) très crédible !

Une réalisation un peu brouillon

Les personnages sont intéressant, les acteurs sont bons, l’histoire a l’air de bien s’emboiter mais le problème principal de la série vient d’une réalisation assez aléatoire, des couleurs très grises, des flous à vous en faire vomir et surtout un rythme qui fait des montagnes russes. Comme dans chaque série vous avez vos personnages préférés et vous suivez chacun d’entre eux mais le problème est que les scénaristes ont voulu traiter un peu trop de sujets dés le début pour lancer les intrigues. Résultat même si l’on sait que certaines scènes auront leur importance, on a parfois envie que ça aille plus vite (notamment la petite fille Valadine qui nous fait sa crise d’ado dont on se passerait bien).

Xanadu, histoires de famille autour de l'industrie du porno #3

Pour résumer

Beaucoup de bruit dans les médias car ça parle porno mais traité ici comme n’importe quel autre secteur d’activité. La banalisation du porno est également un des thèmes abordé par la nonchalance des personnages dans leurs dialogues (“bon va te préparer et après on commence par un Fist !”). Mais finalement ce sont les histoires de famille et de l’entreprise qui vont le plus nous intriguer, dommage que le rythme soit inégale (du moins sur les deux premiers épisodes).

La série possède un très bon potentiel… reste à voir commence celle-ci va évoluer.

Hum hum, en raison de quelques scènes de nues je déconseille cette série au moins de 16ans (mêmes si elles ne sont pas si choquantes que ce que l’on pourrait voir dans certaines séries US).

  • Xanadu, histoires de famille autour de l'industrie du porno #4