Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre

Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre

Quand on m’a proposé d’aller à L’Étrange Festival au forum des images à Châtelet (Paris), malgré la petite tendance Grindhouse qu’avait l’évènement, je m’attendais à du mainstream, ou à du gore série Z, pas très futé mais dont un Yannick Dahan ferait une magnifique critique postillonnante et élogieuse.

Grosse erreur. Stake Land, un film d’apocalypse de zombies vampires réalisé par Jim Mickle, était une claque en pleine face. Du gore intelligent, angoissant, qui fait réfléchir, on en trouve pas tout le temps.

A
A l’origine, c’était une web série (les épisodes sont disponibles dans les bonus du DVD ou du blu-ray), mais le format grand écran n’a rien à lui envier.
Pitch et bande annonce :

Martin était un gamin normal avant qu’une épidémie de vampires n’atteigne le pays. Sauvé in extremis par Mister, il va le suivre et devenir l’apprenti de ce tueur de vampires qui ne semble pas avoir d’autre but que d’en tuer le maximum et de survivre.

https://youtube.com/watch?v=zNC2HwAaWWE

La suite de l’article contient des spoilers, mais j’ose croire qu’ils amélioreront votre expérience du film.

Le Vampire, Bête présente en chacun

Mister parle parfois des Vampires comme d’une Bête. Il me semble qu’il s’agit d’une violence et de pulsions présentes en chacun. Je m’explique.

Il y a trois types de personnages dans le film :

– Les gens normaux.

La société leur a apprit à fuir leur bestialité interne. On la fuit, on veut s’en éloigner. Les vamps ont ça de curieux qu’ils semblent prendre plaisir à effrayer avant de tuer : ils se délectent de la fuite.

Les gens normaux sont équipés d’armes à feu, malgré le fait que celles-ci ne fonctionnent pas sur les Bêtes. Ils veulent en rester loin, ils fuient une partie de leur nature profonde.

Voilà mon analyse : les vampires représentent la peur. Historiquement, les vampires représentaient la peur de la Peste noire à l’époque médiévale, on craignait que les morts se relèvent pour contaminer les vivants. Ici, quand on est contaminé, on devient… la Peur.

On peut voir différents types de vampires dans ce film. Les “berserkers”, particulièrement forts, les désespérés qui se traînent au sol et les effrayants qui prennent le temps d’instiller la peur dans leur victime. Chacun représente une manière dont on peut réagir à la frayeur.

– Le chasseur de Vampire.

Mister accepte la bestialité qui est en lui. Il se sert de pieux, de combat au corps à corps, contrairement aux gens normaux, il accepte de s’approcher dangereusement des vampires.

Il accepte sa bestialité et lui donne, un peu comme un Dexter, une mission plutôt que la laisser prendre contrôle de lui, et devenir comme les survivants sans loi ni code qui violent, tuent et pillent.

Mister combat donc les vamps inlassablement, sans raison avouée, tout comme il combat sa nature profonde. Il sait qu’elle est en lui, mais ça ne l’oblige pas à l’embrasser.

Tout au long du film, Mister est accueilli non vraiment en héros, mais il est accepté même par des groupes de bandits quand ils apprennent qu’il est le tueur. Il y a un énorme respect pour lui, mais aussi une peur primale, comme s’il était pestiféré. Il accepte sa bestialité et on ne veut pas faire face à cette possibilité.

Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre #2

– La Némésis : Jebedia Loven, le chef de la Fraternité.

Cet homme dirige un groupe extrêmement puissant qui fait régner sa loi sur les zones qu’il contrôle. Ce groupe utilise les vamps (en les jetant au milieu des havres de paix par exemple) et les adore comme des envoyés de Dieu.

Il y a peut-être là une allusion aux croyants en la “manifest destiny” aux Etats-Unis dont la philosophie implique : si quelque chose arrive, c’est Dieu qui l’a voulu (le symbole de la Fraternité étant une croix chrétienne ornée de pieux).

Il utilisait la peur de son vivant pour se faire obéir et forcer sa volonté. Comme on l’a vu, le vampire est synonyme de Peur, aussi il est naturel qu’il utilise les vampires et que finalement… il utilise sa nature vampirique, sa Bête.

Jebedia Loven est transformé en vampire. Mais il a accepté sa Bestialité, tout comme Mister, mais d’une autre manière : au lieu de l’accepter et de la combattre, il l’embrasse pleinement. Il devient donc le premier vampire intelligent.

Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre #3

L’évolution de Martin

L’apprenti de Mister semble tous les jours apprendre auprès de son maître. Différentes techniques de combat, des connaissances sur les pièges, l’utilisation de l’environnement ou du comportement des vamps.

Pourtant il ne tue jamais aucun vampire avant la conclusion du film. Il les rate, il aide Mister, même quand ils lui tournent le dos sans savoir qu’il est derrière, qu’il y a une tripotée de pieux dans la pièce, il n’y arrive pas.

Ce qu’il lui manquait ? Accepter sa Bête, lui aussi.

Ce n’est qu’à la conclusion du film, quand il est éloigné de la figure paternelle de Mister, qu’il va être capable de mettre de manière exceptionnellement aisée sa connaissance du combat. Il était temps que l’oiseau prenne son envol.

Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre #4

Religion, Ordre et Espoir

Un dernier détail qu’il me semble intéressant de noter, c’est que comme dans tout film d’apocalypse, on retrouve une critique de la société. Ici on peut remarquer plusieurs symboles :

– Une religieuse qui se fait violer.

– Un militaire qui se fait surprendre.

– Un bébé qui n’arrivera jamais à naître.

J’oserai aller plus loin dans l’analyse et penser que la Religion se fait baiser, l’Ordre ridiculiser et l’Espoir avorté.

A vous de me dire ce que vous en pensez.

Le dvd / blu-ray

Et vous savez quoi, ça tombe bien. Le 4 octobre 2011 sortent le Dvd et le blu-ray du film. Au programme dans les bonus :

Sept épisodes de la web-série : Six minutes max chaque épisode, mais ils nous apprennent davantage sur le passé des personnages. Le genre de trucs qu’on voudrait plus souvent dans les bonus.

Journal de bord de Jim Mickle : 14 minutes où le réalisateur nous fait plonger dans la préparation du film.

Effets spéciaux :  Obligatoire pour un film à petit budget dont les effets sont pourtant criants de qualité. On vous explique tout et on vous montre même des “avant/après”, relooking mocheté.

– Bande annonce

Alors, ça vous donne envie d’aller l’acheter ?

Stake Land, l'apocalypse de zombies vampires est pour le 4 octobre #5

Array