Pourquoi et comment les studios peuvent-ils encore faire des suites à des films de merde ?

4-fantastiques-films

C’est une question que je me pose depuis pas mal d’années, pourquoi et surtout comment les studios de cinéma ainsi que les réalisateurs peuvent décemment faire des suites ou des remakes à des nanars, des mauvais films, des trucs qui ont fait un bide retentissant et montré du doigt ?!

  • Redorer une oeuvre

Si on voit le côté positif d’une suite à un gros navet, c’est de se dire que le deuxième “peut” potentiellement être meilleur (je vous rassure, c’est rarement le cas).
On peut en toute naïveté penser qu’un studio ou un réalisateur veuille redonner ses lettres de noblesse à une oeuvre déchue. Travail difficile mais pas impossible (prenez Mad Max dont, avouons-le, les premiers ne sont pas des chefs d’oeuvre) mais le plus dur, quand il y a peu de temps d’écart entre les deux œuvres, est de pouvoir faire oublier le premier navet et là… c’est dur !

Prenons le cas du célébrissime 4 fantastiques qui malgré, des budgets colossaux et des acteurs connus, n’a jamais remporté la ferveur du public. Le deuxième était mauvais, sans queue ni tête, mais dans le même esprit que le premier. Puis vint ce remake, tout aussi insipide, voire pire, car essayant de se donner un genre qu’il n’a pas pour arriver à quelque chose qu’il ne devrait pas être…

Redorer une oeuvre est en soi un travail qui doit être pris par un studio compétent qui laisse des libertés à un réalisateur (également) compétent.
C’est par exemple le cas de la Trilogie Batman de Christopher Nolan qui a su avec le temps et le talent faire oublier l’immonde Batman et Robin.

  • Conserver une licence à tout prix !

Je vous avoue que le remake dont je vais vous parler est mal placé mais bon… La première trilogie Spiderman de Sam Raimi fut saluée par le public par sa fraîcheur (malgré un troisième épisode tape-cul) mais le remake de Marc Webb est arrivé trop tôt…
En effet, celui-ci n’avait aucun intérêt puisqu’il n’apportait rien (mais vraiment) et fait doublon au premier épisode à la ligne près. Comment un remake a pu arriver si peu de temps après la trilogie de Raimi ? La licence !

donjons-dragons-films

En effet, Sony ne souhaitant absolument pas laisser ce personnage bankable entre les mains de Marvel/Disney, ils l’ont exploité jusqu’à la moelle, se sont dépêchés et ont fait une bouze… qui a eu une suite… avec plus de budget et encore plus infâme ! Tout ça pour dire à Disney : “Ok on a tout foiré, aidez-nous à redorer le personnage de Spiderman grâce aux Avengers“.

Un beau gâchis…

L’autre licence qui me tient à cœur et qui n’a jamais percé auprès “du grand public” (la plèbe) c’est Donjons et Dragons !

Célèbre dans le monde des jeux de rôles et des jeux vidéo, les films sont… innommables (je pense que le mot est bien choisi).
Le premier film Donjons et Dragons n’a aucun scénario, des acteurs qui en ont tellement rien à foute qu’ils rigolent dans leurs propres scènes et une réalisation..qui…qui.. allez le voir, ça sera plus simple… La caverne de la rose d’or est mieux réalisée…

Mais le pire, LE PIRE (bande de fils de putes !) c’est qu’ils ont fait 2 suites ! (pas 1, … 2 !) tout aussi mauvaises !!!

Mais pourquoi ?! Pourquoi ?!!!
Parce qu’il y a 1 gus qui a vendu la licence à un studio et qui a dû lui dire “tu verras mec, cette licence elle vaut de l’or, c’est comme le Seigneur des anneaux”.
Sauf que là, Bilbo fait 1m80 et Gandalf est alcoolique et Arwen veut montrer du nichon à toute la Comté…

Et vous savez quoi ? Je suis sûr que les mecs qui ont vendu World of Warcraft ont dit exactement la même chose pour le futur film…

  • Lâchez tout !

Parfois il faut savoir dire stop, avouer qu’on a foiré et savoir lâcher sa licence…
Je pourrais citer deux exceptions…exceptionnelles :
Mortal Kombat, dont les films sont… (bon le premier j’ai kiffé, je vous l’avoue) à chier mais dont la web série réalisée par un Kevin Tancharoen fait désormais référence dans les plus beaux rattrapages artistiques !
Street Fighter,… idem au précédent : dont la web-série est tout simplement incroyablement respectueuse envers une oeuvre !

  • On a presque envie de dire : faut-il ne laisser les films à licences qu’aux fans ?

Non, car un fan peut pécher par excès de zèle (et le fan ne fait pas non plus le talent). Mais avouons qu’un “connaisseur” de l’univers fera toujours mieux qu’un réalisateur payé pour pondre un truc qu’il ne connaît pas…

Bref, comme vous le voyez, il n’y a pas de règle. Une licence peut être un échec tout au long de sa vie sur un média, elle peut se casser la gueule, elle peut ressusciter mais bien souvent, c’est la volonté de trop exploiter qui déteint sur l’oeuvre.

jayer

Jayer est le créateur de AMHA.fr
Souvent considéré (à mal) comme un adulescent , c'est tout simplement un homme qui vit au rythme de ses passions : BD, Dessins animés, Fantasy, jeux et du gros délire.