Tout va bien.

joie rire bachoux

Tout va bien.

Il n’y a pas de chômage, puisqu’on en parle pas. Il n’y a pas de tensions dans les autres pays, puisqu’on en parle pas. Il n’y a pas de précarité, puisqu’on en parle pas. C’est génial quand même. J’avais arrêté de regarder la télé, mais depuis que j’ai déménagé, en juin, je la regarde plus souvent! Des émissions comme touche pas à mon poste, qui me parlent de ce qui se passe à la télé, sans que j’aie besoin de regarder les-dits programmes. Des émissions de cuisine, qui me donneront envie de cuisiner pour moi, des émissions de déco, qui me donneront envie de refaire mon intérieur, des émissions comme la parenthèse inattendue, où mes stars préférées me racontent leur enfance, un peu comme pour me dire “je suis comme toi”. Si Muriel Robin, Mimie Mathy et Frank Dubosc ont vécu les mêmes choses, les mêmes galères, alors je ne peux que me réjouir. Ce sont mes amis. Tout le monde est mon ami. C’est ce que je me dis. Tout va bien. Les sondages me le disent, les élus me le disent. Je n’aurais pas voté pour eux si j’avais voulu effectuer les choses moi-même!

C’est fatigant la politique ! Heureusement, ils le font bien. Tout va bien. Après tout, depuis le temps, ils ont appris à nous parler, à gérer les crises !  Le chômage ? On m’a dit (par l’intermédiaire d’un ministre) qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Tout va bien. Du coup, dans cet état de grâce, je me remets à penser à mon enfance, où des choses n’allaient pas bien. On cherche toujours la petite bête. Je me souviens du trou de la couche d’ozone. C’était grave. On m’en parlait à l’époque. Maintenant on n’en parle plus. Tout va bien. L’écologie est devenue une priorité. Moi même je me responsabilise, je trie mes déchets ! C’est formidable que tous ces problèmes des années 80 aient été résolus.

Tout va bien.

Je cherche encore la petite bête. Les mendiants en bas de chez moi ? La famille de Roms du terrain vague d’à côté ? Ah tiens, ils ne sont plus là ! Ils ont dû trouver un emploi et même des logements ! Tout va bien. C’était le téléthon il y a un mois, la recherche a avancé. Ces enfants vont bien. Enfin dans leur maladie, ça va. Tout va bien. Les gens se mobilisent toujours plus. S’ils aident leurs prochains, c’est que tout va bien. Je regarde les succès en librairie, en passant devant le Relay de la gare Montparnasse. “La femme parfaite est une connasse”. Ca doit être drôle. Les gens rient. Tout va bien. Les enfoirés me chantent l’amour et la solidarité. Il y a des clochards en France, des SDF, oui, mais je pense que les enfoirés font leur show parceque c’est devenu une institution. Personnellement je ne vois pas beaucoup de mendiants dans les rues. Si on en parle pas c’est que tout va bien.

Non vraiment.

Tout va bien.

Ça a l’air d’aller trop bien. Ça cache quelque chose. La crise ? On est dedans, mais l’économie va repartir ! On est dans le creux de la vague. Tout va bien. Tout va bien, je vous dis. On parle ça et là d’usines qui ferment ? Ah. Ça ça n’a pas l’air d’aller bien. Du coup, en bon optimiste que je suis (faut dire que mon environnement, les médias et mes dirigeants me le rendent bien), j’essaie de voir le bon côté des choses. Ils auront du temps devant eux ! Ils se reconvertiront ! Ils passeront du temps avec leurs proches ! C’est bien de passer du temps avec ses proches. Le journal de 13 heures me montre des membres de ma famille, lointaine. On est tous de la même famille, au fond. Ces gens que je vois, ces gens que j’entends, ce sont des amis, des proches, des oncles, des tantes, des cousins qui s’ignorent. J’aime les gens. Pourquoi je ne les aimerais pas ?  J’aime le monde. J’aime le monde dans lequel je suis. Il va bien.

Tout va bien.

Quand j’étais petit, si j’étais malade, je le disais à ma mère, et je séchais les cours. Si le monde était malade, si le monde n’allait pas bien, si le monde était fatigué, il nous le dirait. Il s’arrêterait de tourner pour qu’on le répare. C’est ça les maladies.  On s’arrête, on se soigne, on va mieux et c’est fini. Prenez l’exemple de la couche d’ozone dont je vous parlais tout à l’heure. On en parlait à l’époque. C’était un problème. On l’a résolu (bien que je ne me souvienne pas exactement du moment où on a parlé de la résorption de ce fichu trou), et maintenant on en parle plus du tout.

Si le monde allait mal, ça se saurait.

Tout va bien.

Tout va bien, je vous dis.

GaneshDeux

On m'a invité pour que je fasse du mystère, je suis l'invité mystère