The Spirit, allez le voir !

The Spirit, allez le voir !

Le soir du réveillon, j’ai judicieusement choisi d’aller avec Redwarp voir The Spirit avant de me rendre aux traditionnelles festivités… Et bien m’en a pris ! Comme ça je peux conseiller à tout le monde d’aller le voir et y retourner me délecter de cet excellent film avec eux…

Honnêtement, l’adaptation du comics de Will Eisner par Frank Miller me faisait un peu peur. Autant l’excellentissime Sin City était une adaptation aux petits oignons, fidèle jusqu’à la moindre case du comics, autant je craignais que le style très « dark » de Miller ne soit pas réellement pertinent dans l’univers acidulé du Spirit…

En effet, The Spirit est donc un comics très éclectique. Reprenant les grands poncifs du film noir, nous allons être plongé dans un univers sombre, peuplé de gangsters sans fois ni lois et de femmes fatales toutes plus sexys les unes que les autres… Mais revisité dans une sauce « cartoon » surprenante ! Les ambiances et les thématiques se succèdent et ne se ressemblent pas, le héros étant parfois plongé dans des polars noirs à souhait, parfois dans des histoires de cœur passionnées, ou encore des situations totalement burlesques avec des bad guys plus stupides les uns que les autres ! Dans The Spirit, nous sommes loin des comics qui se prennent au sérieux, et la tonalité du scénario pourra changer du tout au tout. Du comics décalé, en quelque sorte.

Eh bien figurez-vous que malgré l’esthétisme obnubilant de l’image et la réputation de « sérieux » de Frank Miller, le pari est réussi : sur le grand écran, The Spirit ne se prends pas non plus au sérieux. A une réalisation très graphique (et, pour le coup, bien loin de celle des comics) se superpose tout une ribambelle de personnages dans la plus pure tradition du Pulp qui ne s’ignore pas. Le héros séducteur à outrance, le super-méchant qui vous parle de ses plans plutôt que de les exécuter, les sous-fifres/chair à canon ou les femmes totalement fatales… On ne sait plus où donner de la tête ! Je ne vais pas plus loin dans le récit pour ne pas vous spoiler la surprise de la découverte.

J’avais peur que le jeu de l’image ne prenne trop de place par rapport à l’intrigue, et que l’on finisse par se retrouver dans un simple enchainement de jolis plans sans réelle signification, avec une histoire plutôt bancale… il n’en est rien. Le scénario n’est pas non plus le plus complexe au monde (a mon avis la version longue sera bien plus intéressante, je trouve que le film fait beaucoup de raccourcis), mais les personnages le font « vivre » pleinement.

Attention cependant, il ne faut pas aller voir ce film comme un simple film de super-héros classique. Il faut se mettre en tête que l’univers est décalé, que les personnages sont caricaturés, que l’on navigue dans les eaux de la parodie et de l’humour… noir ?

C’est ce que pourrait faire oublier la beauté de l’image, et un public non-averti risquerait d’être déconcerté.

The Spirit, allez le voir ! #2

En ce qui concerne la fidélité à l’histoire du comics, n’étant pas un spécialiste, je ne me prononcerai pas plus avant. J’y suis allé en dilettante, après avoir lu quelques opus de l’œuvre originale, et son adaptation m’a plu. J’avoue ne pas être dans le camp des puristes qui hurlent à la moindre « infidélité » faite à l’œuvre… Dans « adaptation » il y a « adapter », et il ne faut pas se méprendre : ce que fera un réalisateur du travail d’un auteur donnera forcément quelque chose de différent. Pour Sin City, la fidélité était exemplaire (lorsque l’auteur est aussi réalisateur, c’est souvent assez semblable) ; pour The Spirit, attendez-vous à autre chose. L’esprit est là, mais des modifications pour les besoins du script ont clairement été faites (noms des personnages, partis pris scénaristiques…).

Mais tant que le film est bon, pourquoi s’en soucier ?

Voilà, ceci était juste un petit billet — je ne voulais pas m’étendre trop longtemps et vous gâcher le plaisir de la découverte — pour vous recommander ce film que j’ai personnellement adoré et qui ravira, je pense, les amateurs de Pulp comme ceux de belles donzelles ou de combats à clefs à molettes géantes.

SPIRITuellement vôtre,

E.R.84

Liens utiles:

  • The Spirit, allez le voir ! #3
Les derniers articles par Jim (tout voir)