Petites pensées sur le voyage

Voyager, qu’est-ce que c’est ?

je ne vais pas vous faire une diatribe sur ce que devrait être le “voyage”, car il y a autant de façons de voir le monde qu’il y a de monde pour le voir. Pour certains, “voyager” peut être se rendre a la ville voisine, pour d’autre, se retrouver à l’autre bout de la terre, a profiter du soleil sur la terrasse d’un hôtel grand luxe ou dormir a la belle étoile avec pour seul compagnon son vieux sac a dos… La vie en elle-même est un long voyage, patati patata, mais je vous épargne les poncifs du genre – même si je suis tout a fait d’accord avec cette philosophie.

Pour moi, voyager c’est avant tout rencontrer des gens. L’espace d’un instant ou bien toute une semaine, dans une gare ou bien un bar, c’est le contact qui prime. Je ne suis pas amateur des voyages organisés, même s’ils sont parfois très bien faits. D’aucun pourraient taxer cette attitude d’une forme de snobisme ou d’anti-conformisme, celle d’un “mec voulant se donner un genre baroudeur”… Je pensent que ceux-ci se trompent, car j’apprécie comme beaucoup être choyé et pris en charge a mes heures, lorsqu’il suffit de suivre les flèches et regarder la ou il faut, quand il faut, ni plus ni moins (ce qui est, convenons-en, le cas de la majorité des propositions des Tour Operators). Là ou je n’aime pas le principe des voyages dit “de groupe”, c’est que non contents de brider les envies du découvreur(qu’il puisse faire ce qu’il veut, quant il veut), ils restreignent surtout énormément le panel de rencontres possibles, tant avec les locaux qu’avec d’autres voyageurs !

Cela fait seulement quelques années que je voyage, et je ne prétends ni être un baroudeur averti (j’aime mon confort, comme beaucoup), ni être un globe-trotter confirmé (quelques voyages de-ci de-la, si exotiques soient-ils, ne suffisent pas a faire de vous un expert en la matière). Ces différents moments passés loin de mon pays natal commencent cependant a m’apprendre doucement a quoi ressemble le monde lorsque l’on pointe le bout de son nez dehors. Et croyez-moi, ça vaut le détour.

A l’heure actuelle je vous écris depuis un des nombreux cybercafés perdus dans cette gigantesque métropole qu’est Tokyo, et je réfléchi aux deux dernières semaines passées au pays du soleil levant. Les paysages étaient beaux, bien sur. La nourriture était étonnante, évidemment. La différence de culture était impressionnante, sans nul doute. mais qu’est-ce qui m’a vraiment marqué ? Qu’est-ce qui va rendre ce séjour inoubliable ? Quels sont les moments que je chérirais dans ma mémoire ?

Ce ne seront ni les paysages, ni la nourriture, ni la différence de culture, mais bien le partage de tout cela, avec quelqu’un d’autre. Avec ma compagne, sans qui je ne serais pas la. Avec les locaux, qui viennent nous voir, nous aider, nous solliciter, nous parler. Avec mes amis, mon frère, que je retrouve, catapultés depuis l’Europe et avides de s’immerger dans un train de vie différent. Avec les hôtes divers et variés qui nous ont hébergés, nous on fait partager de chaleureux repas, d’hilarants karaokés, d’imprévues baignades dans des chutes d’eau perdues au fin fond de la forêt…

Nous avons rencontré des japonais, des anglais, des néo-zélandais, des américains, des italiens, des allemands, des australiens… Un véritable mélange de points de vues, de modes de pensées, de manières de s’exprimer, tout cela réuni dans une découverte (parfois inattendue, souvent recherchée) de l’autre et de ce qu’il peut nous apporter.

Une ballade dans les bois est appréciable, mais elle l’est encore plus si vous avez quelqu’un pour vous raconter l’histoire de la vieille auberge hantée a deux pas de la… Goûter des plats étranges est excitant, mais encore plus si vous pouvez en rigoler avec celui qui les ingère… Emmagasiner des connaissances est fascinant, mais les distiller et apporter un peu de vous-même à l’autre bout du monde est également un trésor inestimable.

Pour apprécier pleinement un autre pays, je pense qu’il faut avoir l’occasion d’en rencontrer ses habitants, de pouvoir tenter de se mêler a la foule locale, ou bien faire connaissance avec des gens qui sauront vous en parler, vous indiquer ou chercher la véritable essence de cette nouvelle contrée, quelles sont les choses a découvrir et a ramener, que ce soit en simples fichiers numériques ou en mémoires impérissables… Découvrir le Monde, c’est avant tout rencontrer le monde qui le peuple.

Je confluerai ce court article par la citation d’un expert en la matière, d’un grand maitre du sujet, qui se targue d’une réflexion s’appliquant tout autant à la vie en général qu’au voyage en particulier:

“Baroudeusement” votre,

E.R.84

Petites pensées sur le voyage #2

Les derniers articles par Jim (tout voir)