Humeur musicale #31 sur Amha : Marmaduke Duke

Humeur musicale #31 sur Amha : Marmaduke Duke

Marmaduke Duke… La première chose qui m’a attirée est le nom du groupe, plus qu’atypique. Étant amateur de musique insolite, je me suis dit qu’un groupe avec un tel nom ne pouvait que rentrer dans cette catégorie. Et je n’ai pas été déçu !

Le style musical de Marmaduke Duke est à la hauteur de leur tenue de scène : totalement délirant, tour à tour destructuré, hystérique, ou très peace… Difficile à catégoriser, si ce n’est en une sorte de rock expérimental avec un soupçon de post-hardcore, et des influences disco et électro très nettes. Un mix comme on les aime ! Le rythme vous prend au corps, parfois lancinant et parfois détonnant, vous faisant chanter à tue-tête “Skin the motherfuckers alive ” (mon morceau favori du second album) à longueur de journée.

Humeur musicale #31 sur Amha : Marmaduke Duke #2

Pour ce qui est de l’historique, le duo s’est formé en 2003 et a publié son premier album, The Magnificent Duke, en 2005. Ce titre est le premier volume de la trilogie musicale prévue, dont le deuxième opus, Duke Pandémonium, est sorti en avril dernier. Le troisième album, sensé conclure l’oeuvre, est donc sur leur to-do list et s’intitulera The Death of the Duke. Le groupe est donc composé de deux membres (en studio, car en live ils ont deux acolytes supplémentaires, ainsi que, bien sur, The Duke, joué par un enigmatique personnage) d’origine écossaise, se faisant appeler The Atmosphere et The Dragon. Selon eux, ils ont d’ailleurs un lien de parenté :

“We’re second cousins,” explains The Atmosphere. “We were drawn together by mutual friends, but it was only after we started making music together that we found out we’re related…Our bloodlines can be traced back to a royal dynasty over 1000 years ago,” adds The Dragon. “Our great, great, great uncle was a gypsy Duke and as a result we’re very regal gentlemen.”

Ils affirment que leur œuvre musicale illustre en réalité des incunables, une série de parchemins inédits et anciens qui raconteraient l’histoire de The Duke, une figure quasi-mythique, une sorte de personnalisation des instincs primitifs de l’homme et de son subconscient. L’auditeur découvrira alors à travers ces trois albums la lente descente du Duke vers la psychose la plus totale…

Ca a un certain cachet tout de même, non ? Maintenant, je vous laisse en avoir un aperçu pour mieux le savourer !

Sommaire

Liens :

Humeur musicale #31 sur Amha : Marmaduke Duke #4

Les derniers articles par Jim (tout voir)