• Home »
  • AMHA »
  • Le Marketing "Pour Elle" : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ?

Le Marketing "Pour Elle" : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ?

Chers amhaphiles,

Et surtout, chèrEs amha-filles,

Le Marketing ˝Pour Elle˝ : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ?

En tant que jeune citoyenne du monde vivant en milieu urbain, et appartenant à ce que certains de nos congénères mal-avisés continuent de nommer « le sexe faible », je suis bien malgré moi une cible-marketing de choix pour ces salauds de marketeurs, qui gagnent cinq fois plus que moi pour nous convaincre  qu’ils ont inventé le pitch-market‘ du siècle, en même temps que l’eau chaude et le fil à couper le beurre.

Le Marketing ˝Pour Elle˝ : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ? #2

Mon statut de DINKY (Dual Incomes No Kids Yet – je kiffe le « yet » !), je l’avoue, n’arrange rien à l’affaire.

Aussi, je me gausse régulièrement en observant les différentes tentatives de ces odieux personnages, pour m’extorquer mes précieux deniers gagnés à la sueur de mon front en tentant de défoncer mon score à Color Balls entre deux coups de fils au bureau.

Le Marketing ˝Pour Elle˝ : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ? #3

Qu’il n’y ait aucun malentendu aussi, je collectionne beaucoup des « tares » que beaucoup de stéréotypes sociaux attribuent à mon sexe et à ma délicieuse personne :

– J’adore collecter les fringues et browser le web. Dans mes signets, j’ai Libé, Le Monde, Rue 89 mais aussi les sites de Zara, Stradivarius et Promod ;

– Je bave sur les petites robes Sessun, les tops Ekyog, les sacs Nat & Nin tout en cherchant un exploit exceptionnel dans les dernières semaines qui pourrait justifier de claquer 170€ sur un sac ou 90 sur un débardeur trop-mignon-comment-que-je-suis-trop-bonne-dedans-il-me-le-faut ;

– Je n’ai aucun sens de l’orientation et ma stratégie, quand je suis perdue et d’aller dans le sens contraire de ce que me dicte mon instinct (en général, bizarrement, ça marche une fois sur deux) ;

– Mon mec qui n’a pas encore son permis gère les créneaux dix fois mieux que moi ;

– Je suis une queen du tiramisu framboise-pistache-spéculos et de la tarte au citron meringuée ;

– J’adore manger du chocolat dans mon bain et surtout avec des ballistics de chez Lush qui sentent tellement bons que t’as envie de les bouffer et que j’ai même goûté un jour pour de vrai car y’avait un vrai bout de réglisse qui flottait dans l’eau

MAIS…Point trop n’en faut car tant va la cruche à l’eau, comme on dit…qu’à un moment, on a envie de voir ces marketeurs se la manger en pleine face.

Alors je dis NON !

Dans la vraie vie on a beau être des biatchs, on kiffe pas trop être réduites à une horde hystérique de pouf’ vénales et matérialistes dopées aux oestrogènes, qui langue-de-putent à longueur de journée, ne parlent que waxing maillot et surtout, SURTOUT, être considérées comme des blondasses daltoniennes incapables de reconnaître l’objectif pratique d’un objet de la vie courante S’IL N’EST PAS ROSE !!

Démonstration :

  • Le Marketing ˝Pour Elle˝ : les femmes sont-elles aussi connes...que leurs congénères marketeurs se croient intelligents ? #4