[Série TV] Silicon Valley – La vraie série pour les geeks (ou nerds ?)

serie-tv-silicon-valley-hbo

Dans l’univers des séries TV quand on parle de séries “pour geeks” on pense soit à des adaptations de comics / super héros soit à The Big Bang Theory qui met en scène une bande d’amis plus ou moins geeks archétypes et bourrés d’aprioris en la matière. Mais il faut avouer que cette série a su démocratiser le terme “geek” pour faire comprendre à la plèbe que tout aujourd’hui peut faire référence à du geek !
Sur ce point je vous renvoie vers notre dossier : les différents types de geeks ainsi que sur le coup de gueule de Rafik à propos des aprioris sur les geeks.

Aujourd’hui je souhaitai vous faire découvrir une nouvelle série TV réellement dédiée aux geeks et plus particulièrement à la branche dite “Nerd” (comprenez les fans d’informatique) : Silicon Valley sur la chaine HBO

  • Au coeur d’un monde où l’on peut devenir millionnaire avec LA bonne idée…

Comme son nom l’indique, celle-ci se déroule à la Silicon Valley, coeur de toutes les grosses entreprises d’informatique et incubateur pour les Startups.
Nous allons suivre le parcours de Richard (Thomas Middleditch) un jeune développeur talentueux qui a conçu un algorithme capable de compresser des fichiers numériques à l’extrême. Le problème ? C’est que Richard ne sait absolument pas comment penser en termes marketing ou commercial et ne sait absolument pas comment exploiter ses idées. On pourrait se dire qu’il est bien entouré mais ses potes travaillant dans le même incubateur d’entreprises (tenu par “Elrich” (T.J. Miller ) ayant vendu son entreprise il y a quelques années pour une petit “paquet de pognon” et ne fait que boire et fumer à longueur de journée) ne sont pas plus doués que lui en matières d’idées. Il y a un expert en Java qui a créé un Foursquare pour les voir des filles à poil, un admin système satanique, un indo-américain (Type Raj dans Big bang Theory) et … un développeur lambda.

Un beau jour, Gavin Belson le directeur de Hooli (une sorte de Steve Jobs-like en mode gros connard) propose à Richard de lui racheter son algorithme 4 millions de dollars puis 10 millions… Au même moment (précisément pendant la réunion) Peter Gregory une sorte de mécène chouchou des médias et conférencier chez TED propose à Richard d’investir 300 000$ dans son entreprise mais de lui laisser 95% des parts pour qu’il la développe lui-même…

Quel choix va faire Richard ?

  • Un vocabulaire et une culture propre à l’univers des nerds

Si on considère aujourd’hui que le terme “geek” est sur-utilisé pour dire tout et n’importe quoi qui sort du pot commun, on approuvera le fait que la “culture geek” s’est largement propagée auprès du grand public. Du coup c’est en allant vers les catégories extrêmes tels que les Trekkies (super fan de Star Trek), les Otakus (Fan de culture nippone) que les geeks vont s’émanciper de la plèbe. L’autre catégorie de geeks axée sur l’informatique est appelée “Nerds” et possède comme les autres leur propre langage et culture.

C’est dans cette catégorie que va rentrer la série Silicon Valley qui va réellement segmenter son public car sans la moindre culture ou notion dans les nouvelles technologies sera pas si évident à suivre. En effet, ça parle de .net, Java, HTML (langages de programmation) mais ils font également référence à des dizaines d’entreprises et startups sans parler des personnes qui les dirigent (on notera d’ailleurs la présence d’Eric Schmidt le PDG de Google dans le 1er épisode).

Donc oui Silicon Valley est une série difficile à appréhender pour le commun des mortels mais inversement permettra aux non-initiés de se forger un peu de culture High Tech.

serie-tv-silicon-valley-meme

  • De l’idée géniale à la mise en ligne, en passant par la création de l’entreprise et la communication

Réalisée par Mike Judge (La voix de Beavis et Butt-head, réalisateur d’Idiocratie) la série Silicon Valley a l’intelligence de nous faire suivre de jeunes entrepreneurs confrontés à la réalité du marché : besoins de fonds, comment commercialiser, ou comment faire face à la concurrence ? On nous met directement au coeur de l’action de jeunes pleins d’idées mais qui n’ont d’autres talents que d’avoir envie de réussir et de savoir bien coder.
On se rend compte rapidement que c’est le parti pris du “travail d’équipe” qui est choisit par Mike Judge : comment bien s’entourer car je ne sais pas faire ça ou ça tout seul ?

FinalementSilicon Valley sous ses faux airs de série réservée aux nerds est une série sur l’entrepreneuriat en 2014 où les dirigeants/inventeurs sont confrontés à un marché féroce, où tout se sait sur internet et où le “rêve américain” est toujours présent. C’est un peu en se basant sur la vision que le grand public connait de la vie de Steve Jobs que Mike Judge va fonder les bases de son nouveau show. En effet, la création d’Apple, de l’iPod ou l’iPhone fait partie des rares histoires de PDG de sociétés IT qui sont connues du grand public. En faisant référence assez souvent à des entreprises très connues (Google, Apple, Napster, Netflix, Microsoft etc…) la série permet de poser des fondations solides auprès des fans mais également du grand public ne connaissant ces sociétés que de par leurs usages personnels de ces produits/services.
Silicon Valley est donc bourrée de références, de jeux de mots, de blagues ou d’anecdotes qui seront comprises à différents niveaux mais qui permettront à tous d’avoir des éléments d’appuis commun basé sur ce qui  a fait le buzz dans les grand médias (exemple : Steve Jobs vs Steve Wozniak).

A Mon Humble Avis, Silicon Valley est une excellente série qui va plaire à beaucoup de mes amis mais qui va freiner son accession par un univers parfois trop communautaire où seuls les initiés comprendront la moitié des blagues. A l’inverse d’un The Big Bang Theory qui est une comédie qui vise à démocratiser la culture Geek auprès du grand public, on a ici à faire à une fiction plus intelligente qui ne cherche pas à se rabaisser mais au contraire à valoriser ceux qui feront l’effort de se mettre à niveau pour comprendre les blagues de nerds…

jayer

Jayer est le créateur de AMHA.fr
Souvent considéré (à mal) comme un adulescent , c'est tout simplement un homme qui vit au rythme de ses passions : BD, Dessins animés, Fantasy, jeux et du gros délire.