L’AirSoft, le jeu de rôle grandeur nature des fans de FPS

Airsoft jeu de rôle sport

Il y a quelques mois un collègue de travail passionné par l’AirSoft a réussi à me convaincre de l’accompagner lors d’une partie. Je vous avoue qu’à ce moment je n’y connaissais pas grand chose et cela faisait plus peur qu’autre chose, mais ça c’était avant…

Pour justement introduire ce sujet qui peut prêter à discussion on va commencer par définir ce qu’est l’AirSoft
Vous aurez plusieurs sons de cloches car n’ayant pas de fédération officielle, l’AirSoft se situe à mi-chemin entre un sport de tir et le jeu de rôle. Pour ma part c’est l’une des rares activités qui peut mêler aussi bien le plaisir du JDR et le sport dans un environnement “militaire”.

L’équipe “NoName” avec : Blitz, Chris, Marco et moi-même

  • Qui dit jeu d’équipe, dit stratégie et fairplay

L’intérêt de l’AirSoft apparait surtout dans la notion d’esprit d’équipe et de stratégie. Les joueurs de FPS le savent, seul on ne sert à rien, à plusieurs et organisés on peut déplacer des montagnes. Le but de l’AirSoft est de se mettre dans des situations “complexes” avec des objectifs de prises de territoire. Il est donc nécessaire de savoir se coordonner, étudier le terrain et se positionner intelligemment pour contrer l’équipe adverse. Oui, c’est “un jeu de guerre” qui souffre malgré lui d’une mauvaise réputation mais qui dans un contexte d’entreprise (par exemple) a un tout autre sens (management d’équipe, coordination, écoute, observation, etc…).

A l’inverse d’un jeu de rôle “classique” l’AirSoft est également un sport car il demande déjà de porter du matériel (qui peut faire une petite dizaine de kilos) de parfois courir, s’accroupir, grimper etc… Ce petit “plus” vous permet donc de vous défouler physiquement (ce qui peut faire du bien si comme moi vous ne faites plus aucun sport depuis le lycée 😉 ).

Enfin, comme dans n’importe quelle activité vous aurez tous types de joueurs : les prudents, les organisés, les chefs, les noobs, et aussi des mauvais joueurs. Dans ce dernier cas il peut se présenter sous deux formes : celui-ci qui ne dit pas qu’il est “touché” et continue de jouer comme si de rien n’était (en général il ne fait pas long feu car l’équipe adverse prendra plaisir à lui faire comprendre qu’on ne triche pas, mais surtout il recevra un avertissement de la part des organisateurs… puis exclusion). L’autre type de mauvais joueur est celui-ci qui ne sait pas accepter la défaite et insulte les autres. Comme dans n’importe quel jeu ou sport, cela n’est pas toléré…

Dans un environnement urbain avec des escaliers, mieux vaut prendre son PA pour plus d’aisance

  • Qui dit jeu de rôle dit équipement

Dans un jeu de rôle en grandeur nature il y a des règles bien sûr, un scénario mais également des costumes. Dans le cas de l’AirSoft il s’agit de trois types d’éléments bien spécifiques :

– Le costume
Ou “Camo” comme on dit dans le jargon est le camouflage / habit que vous porterez : Français, Americain, Italien… A-Tacs, Digit, Multicam etc… Globalement cela se choisit selon les gouts et les couleurs mais aussi selon votre équipe et l’environnement dans lequel vous jouerez (urbain, foret, aride…)

– Les protections
J’aurai dû en parler avant même d’aborder le costume car c’est un élément prioritaire, essentiel, OBLIGATOIRE pour jouer. Les lunettes sont sans conteste le 1er élément d’achat mais je les associerai également avec un stalker (protection pour le nez/bouche) voir un casque (bien que la plupart des joueurs aguerris que je connais préfèrent des éléments plus légers comme des casquettes…).
On pourra également ajouter des genouillères et bien évidemment des chaussures qui tiennent bien les chevilles (car vous êtes continuellement amené à vous pencher, courir, grimper, monter, descendre, accroupir…).

Airsoft PA pistolet

Comme vous le voyez on peut se salir facilement.
Le monsieur sur la photo utilise son Pistolet d’apoint pour être plus à l’aise dans ses mouvements et respecter les distance/puissances de sécurité

Enfin, je terminerai la partie équipement / protection avec le gilet ou veste (qui s’accorde généralement à votre Camo) et qui a le double avantage de vous permettre de ranger votre matériel (Chargeurs, Billes, Gaz, Lampe…) et d’ajouter une couche de protection au niveau du torse.

– Les répliques
Maintenant on peut aborder l’élément “actif” de votre panoplie : vos répliques. ! Il est assez rare qu’un joueur ne joue qu’avec une seule réplique car si dans les zones assez vastes il joue avec un fusil moyenne/longue portée, c’est avec un pistolet d’appoint (PA) que la plupart des actions indoor/CQB (Close Quarter Battle) se déroulent. La raison est assez simple : Un fusil est difficile à manipuler dans des couloirs et escalier. La puissance d’un fusil étant généralement supérieure à un PA les règles de recommande fortement (voir impose) son usage exclusif dans des bâtiments.

Là encore, le choix de vos répliques se fera selon votre budget (héhé), vos goûts personnels et votre style de jeu. Outre la forme (pistolet, fusil…) il y a également le fonctionnement et l’entretient de la réplique à prendre en compte : Électrique (AEG), Gaz ou CO2 (A titre personnel j’ai un Glock G17 à Gaz et l’ami Blitz me prête un M4 AEG) .

AirSoft équipement

Oui, il est conseiller d’être bien équipé pour la sécurité mais aussi pour le fun

  • Qui dit sport, dit règlement et sécurité

Quand on parle d’objets capables de lancer des projectiles il est important de respecter les règles de jeu.

Tout d’abord sachez que la vente de répliques est interdite aux mineurs et de ce fait les associations et entreprises sérieuses qui organisent des parties refuseront également ceux-ci.
De façon générale, on demande de respecter l’environnement dans lequel on joue (des forets privées, lycées désaffectés etc…) il faut également des autorisations officielles. On ne dégrade pas non plus ces endroits puisque les billes utilisées doivent être biodégradables.

En termes de règlements de jeux cela dépend des parties, en général en début de partie on mesure la puissance (en FPS) de votre réplique afin de déterminer si vous avez le droit de jouer en CQB (intérieur, couloirs etc…) ou pas (vous utiliserez alors votre PA pour passer les endroits exigus).

Airsoft partie

Lui il est mort, il n’a pas le droit de parler et on n’a pas le droit de lui tirer dessus

Lorsque vous vous faites toucher vous devez l’annoncer et mettre un bandage rouge (de préférence), vous faire soigner si possible ou sortir de la partie sans parler. Vous retournez alors dans votre camp (au point de Respawn) et attendre que X autres joueurs arrivent pour repartir.

Dans toutes les parties auxquelles j’ai joué, les règles de sécurité étaient rigoureusement respectées sous peine d’être exclu. Plus que ça, l’utilisation des protections, même si elles ne sont pas toujours “sexy” vous éviteront de vous faire casser une dent, perdre un oeil ou d’avoir de trop gros bleus… C’est une question de bon sens.

  • Et le PaintBall ?

On compare souvent l’AirSoft au PaintBall… Si dans la forme il s’agit de jeux de tir, la ressemblance s’arrête là. Dans le PaintBall, pas de costumes, pas de stratégie et pas de répliques (il s’agit de lanceurs de billes de peintures). Le PaintBall est plus “physique” et s’effectue sous forme de rush (tu cours, tu tires) sur des terrains beaucoup plus petits dédiés à ce sport alors que l’AirSoft va généralement s’organiser dans des environnements plus variés (urbain, foret, montagne etc…).

L’autre point qui n’est pas à prendre à la légère est la puissance des lanceurs. En effet, la puissance de ceux-ci dans le PaintBall est de 10 joules !  Et oui, ça fait mal et ça laisse des bleus… A titre de comparaison un Fusil d’AirSoft type AEG propose une puissance moyenne de 1,2 joules (presque 10 fois moins puissant). Pour être totalement honnête avec vous, cela n’empêchera pas certaines billes bien placées de “piquer” un peu (cuisse, bras généralement…)

Airsoft CQB

Les passages de portes sont sources de stress en CQB. Ils nécessitent une organisation de l’équipe : qui ouvre ? qui se positionne ? qui couvre ?

  • Où jouer ?

Un point parfois négligé mais qui a son extrême importance : Pour jouer il faut s’isoler et ne pas avoir de public et risquer de blesser des gens durant une partie.
Pour se faire, soit vous avez la chance d’avoir un terrain qui vous appartient, soit il faut en louer un en prévenant les propriétaires de l’activité que vous pratiquerez. Le plus simple est de faire appel à une société spécialisée dans l’organisation de parties d’AirSoft ou d’associations de joueurs ayant l’habitude.

Airsoft équipe

Certaines répliques sont “imposantes” (mais ne sont pas plus “puissantes” pour autant) et plutôt réservées au dégagement/couverture de l’équipe en extérieur

  • En bref, l’AirSoft est mon nouveau “sport” d’équipe préféré.

Fan de stratégie mais également de jeux d’équipe, j’ai découvert un milieu certes atypique mais également passionnant. Les personnes que j’ai rencontré sont très souvent des passionnés qui font ça tous les weekend mais n’importe qui (homme, femme, 18,30,40ans … demandez à ce pauvre Chris fumeur pas très sportif s’il tient le coup 😉 ) peut faire de l’AirSoft à partir du moment où vous avez une condition physique “acceptable” et respectez les règles de sécurité.

Il est souvent déconseiller de s’y mettre sans connaître quelqu’un qui le pratique car les investissements peuvent coûter rapidement cher. Mais heureusement les associations et entreprises qui organisent les parties proposent également la location de tout le matériel nécessaire pour moins d’une cinquantaine d’Euros la journée (répliques, protections, munitions).

jayer

Jayer est le créateur de AMHA.fr
Souvent considéré (à mal) comme un adulescent , c'est tout simplement un homme qui vit au rythme de ses passions : BD, Dessins animés, Fantasy, jeux et du gros délire.