[Cinéma] God Bless America

Envie de voir un film défouloir ? Ca tombe bien, aujourd’hui sort God Bless America dans les salles de notre beau pays !

Allons droit au but : God Bless America, de Bobcat Goldthwait, est un mélange d’humour noir et de regard satirique sur ce qu’est la société américaine actuelle, avec une bonne dose de gros calibres à l’appui !

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

Voilà pour ce qui est du résumé Allociné, merci à eux. Si je devais comparer God Bless America à un film que j’ai vu récemment , je choisirais sans hésiter Super. Tout comme dans l’excellent film de super héros de James Gunn, on nous montre un citoyen totalement ordinaire qui, soudainement, pète un câble et applique son sens de la justice — ou de la morale — comme bon lui semble, dans des situations totalement absurdes, et pour le plus grand plaisir de l’audience !

 

 

Ce Thelma et Louise totalement déjanté est la “revanche des gens normaux” sur la bêtise crasse du nivellement par le bas de la culture télévisuelle américaine. Qui n’a pas déjà rêvé de dégommer toutes ces “stars”de la téléalité, tous ces peoples au QI proche d’une amibe ? Avec God Bless America, ce rêve devient réalité.

Côté casting, rien a redire : le petit frère de Bill Murray affiche un flegme tout aussi efficace que son aîné. Son air blasé et son jeu d’acteur pince-sans-rires renforce encore son rôle de psychopathe confirmé. A l’opposé, Tara Lyne Barr électrise l’écran en tant qu’ado tarée, qu’on aimerait d’ailleurs connaître un peu plus (Murray étant suivi depuis le début du film, on s’attarde bien plus sur son histoire que sur son acolyte – un peu comme dans Super, tiens ^^).

Mais je n’ai pas envie de vous spoiler plus que ça : si vous voulez vous détendre un bon coup aux dépends de nos voisins outre-atlantique, avec un scénario simple mais absurde servi par un bon casting, n’hésitez plus !

Americainement vôtre,

Jim.