[Série TV] Powerless quand DC veut faire dans la comédie… c’est cliché

powerless serie tv dc humour

Je vous avouerai que niveau comédies en ce moment c’est le calme plat, j’ai totalement abandonné The Big Bang Theory (comme beaucoup d’entre vous) et je regarde encore d’un oeil distrait les 2 broke girls, Fresh of the boat et même Crazy ex girlfriend commence à me lasser… Le problème est qu’après 30ans de visionnage de sitcoms diverses et variées on finit forcément par ses blaser et tourner en rond scénaristiquement.

Du coup, c’est avec un oeil curieux que j’attendais la série Powerless réalisée par Ben Queen (quasi inconnu au bataillon) mais dont le “ptich” et le casting laissait entrevoir un peu d’originalité…

La comédie dans l’univers de DC

Si vous regardez des séries de super héros adaptés des univers DC vous savez que c’est un univers globalement violent assez sombre et qui est saupoudré de quelques personnages alambiqués qui permettent d’adoucir l’ensemble. il était donc assez compliqué de ce dire : “Hey et si on faisait une comédie avec des mecs possédants pleins de pouvoirs et qui côtoieraient Batman et Superman ?”
Non, ça aurait trop ressemblé à la série britannique No Heroics (qui malgré son annulation reste excellente dans le genre). Une autre piste qui va être exploiter est de se tourner vers le “petit peuple” qui ne possède pas de pouvoirs mais qui vit au côté des ces demi-dieux et autres mutants et dont l’objectif va être de survivre… en inventant !

Références sur références

Dans Powerless on suit donc Emily Locke fraichement embauchée chez Wayne Security, une société basée à Charm City dirigée par Van Wayne, cousin du milliardaire Bruce Wayne. nous la suivrons elle et son équipe travailler sur diverses inventions et solutions pour prévenir des dégâts et attaques de super-méchants dans la ville car c’est bien connu : les super héros ne font pas le ménage après avoir exploser un building…
C’est sur ce constat que l’on retrouve multitude de références, objets, noms, situations faisant appel à votre culture comics. Un tasse Batman par-ci, le Joker évoqué par là, Superman qui sauve le monde (encore) etc… Le tout est tourné à la dérision (chose peu commune chez DC) dans une lassitude permanente des personnages qui vivent au quotidien des situation extraordinaires/catastrophiques.

Le casting est très intéressant mêlant une foultitude (oui ce mot n’existe pas) de second rôle de séries assez peu connues en France Vanessa Hudgens (bon elle..voilà), Danny Pudi (Abed dans Comunity), Alan Tudyk (en Van Wayne j’ai tellement ri) ou l’excellent Ron Funches.

Lassé par l’humour mais on reste pour l’ambiance

Finalement le plus gros problème avec Powerless est cette volonté d’imposer l’humour, un humour tellement pré-conçu, marketé pour plaire au plus grand nombre… Bref, un humour qui ne fait ne me fait plus rire… Mais l’ambiance générale et surtout sa mise en place dans l’univers DC vous font continuer cette série qui n’aurait pas dépassé le pilote si elle n’avait pas ce petit côté décalé face à l’univers des super héros.

Et j’anticipe toute question ou remarque : NON rien à avoir avec Deadpool (côté Marvel), ici on est sur de la Sitcom familiale (ou si proche) donc ne partez pas là dedans en imaginant vulgarité et action. Imaginez plus une espèce de The Office raté dans un univers de super-héros (ouais je ne vous donne pas trop envie).
Bref… à regarder quand vous avez un trou de 20 minutes dans le bus… A Mon Humble Avis, Powerless ne fera pas long feu…

jayer

Jayer est le créateur de AMHA.fr
Souvent considéré (à mal) comme un adulescent , c'est tout simplement un homme qui vit au rythme de ses passions : BD, Dessins animés, Fantasy, jeux et du gros délire.

Les derniers articles par jayer (tout voir)